CLASH ! – L’autre jeu d’histoire.

« CLASH ! » est un système de jeu d’Histoire avec figurines qui se place comme un pont entre joueurs de niveau, d’expérience et même de de périodes différentes. « CLASH ! » ne prétend pas être une règle « meilleure » ou plus historique qu’une autre. Il ne manque pas, par ailleurs, d’excellentes règles qui vous permettront de recréer des batailles historiques dans le plus grand détail.

« CLASH ! » n’a pas non plus vocation à être utilisée en compétition, ni par des joueurs faisant passer leur volonté de vaincre avant celle de passer un bon moment amical avec leur adversaire. Pour prévoir et prévenir toute contestation, tout en gardant un minimum de vraisemblance, elle devrait être BEAUCOUP plus longue.

« CLASH ! » ne place pas le joueur dans la peau d’un général en chef qui voit se dérouler passivement le plan qu’il a conçu au départ avec peu ou pas de possibilités de le faire évoluer. Le joueur incarne au contraire toute son armée et prend des décisions à la place de chaque officier. Des règles d’ordre seront prochainement proposées en option dans un supplément pour ceux qui préfèrent mettre l’accent sur la chaîne de commandement.

« CLASH ! » ne met pas l’accent sur les formations de combat. Vous verrez à l’usage que dans l’essentiel des cas, adopter une formation historique est tout simplement la meilleure manière et la plus efficace de placer vos unités.

« CLASH ! » se veut avant tout facile à apprendre, amusante, facile à jouer, ouverte à tous. L’idée est de poser les figurines dont vous disposez sur la table et de jouer contre n’importe quel adversaire contemporain ou non.

Comment ça marche ?
Il s’agit d’un jeu en alterné interruptible. Chaque joueur est tour à tour en phase, mais l’autre joueur peut interrompre la phase de l’autre pour réagir. Le joueur en phase possède plusieurs actions par unité. Chacune de ces actions lui permet soit de bouger, de se redéployer ou de tirer. L’autre joueur n’a qu’une action par unité, à lui de l’utiliser à bon escient : contre mouvement, redéploiement ou tir pour clouer le mouvement ennemi ? A lui de choisir…. Puis on inverse les rôles.

Une seule règle de l’homme des cavernes à l’aviation ? C’est pas une usine à gaz ?
Pas pour le joueur. Ça a demandé aux développeurs beaucoup de recherches et de tests, mais quelle que soit l’époque de vos figurines, ce sont toujours les mêmes mécanismes : on choisit son type d’action, on l’exécute selon les facteurs de la figurine, on passe à l’unité suivante sauf si le partenaire vous interrompt.

Y a t il des listes d’armées  ?
Il y en a déjà des dizaines, et de nouvelles sont ajoutées chaque jour. De plus il est possible de se faire créer des listes sur mesure selon ses figurines.

Où la trouver, combien coute-t-elle ?
Elle est gratuite, ainsi que les listes. Mais il est possible et souhaitable de faire un don, même modique, pour garder la motivation des auteurs intacte. Surtout si on veut des conseils sur les listes ou les scénarios.

Le site de la règle et des listes est :

ac.bondurand.com

“Ce sera l’affaire d’un déjeuner”, présentation par Borodino Figurines

« Ce sera l’affaire d’un déjeuner » est une règle parue dans le Vae Victis 138.

Elle permet de rejouer les grandes batailles du 1er empire, elle est idéale pour faire découvrir notre jeu avec figurines aux débutants et permet surtout aux vieilles moustaches d’aligner plusieurs corps d’armée et de rejouer toutes les grandes batailles de Napoléon I°.

Le système est à la fois innovant et classique.

Plusieurs parties m’ont permis de tester de nombreuses situations qui sont toujours très fidèles à ce qui pouvait se passer dans la réalité.

J’ai joué de nombreuses règles 1er Empire, je suis exigeant sur l’historicité, je pense que cette règle permet de jouer rapidement en préservant la réalité historique.

Une plaquette représente un bataillon d’infanterie, un régiment de cavalerie ou une batterie. Les dimensions sont libres à condition qu’elles soient identiques pour les deux camps.

Vous pouvez choisir votre échelle de figurines du 2 mm au 28 mm avec les avantages visuels de chacune.

Il faut bien prendre en considération que l’unité de base est la brigade.

Chaque brigade est composée de plusieurs plaquettes et l’organisation est très impériale : Brigade, Division, Corps d’armée, Armée.

Il suffit de prendre un ordre de bataille historique pour se constituer une armée, il existe donc de nombreuses listes d’armées sur internet et dans vos livres.

Le déroulement des parties a l’avantage d’être simultané :

  • Mouvement des joueurs en même temps, la règle prévoit et élimine les litiges de façon simple et efficace ;
  • Tirs d’artillerie des deux joueurs simultanément aussi suivis des tirs d’infanterie ;
  • Les combats ;
  • Les généraux rallient leurs troupes pour conclure la séquence.

Les tirs et les combats sont résolus de façon classique à la “DBA” avec l’addition de facteur de combat, les caractéristiques et un D6.

On se reporte au tableau :

  • DOUBLE OU PLUS : Unité Détruite ;
  • SUPÉRIORITÉ DE 1 : Unité Recule Désorganisée, Détruite par Cavalerie lourde ;
  • SUPÉRIORITÉ : L’​Infanterie Recule.

Résultat qui change en fonction du type d’unité qui tire ou qui combat.

La règle tient en trois pages et pourtant il ne manque rien pour simuler une bataille de grande ampleur.

Le jeu est fluide et réaliste, si vous avez des figurines testez-le au pire vous passerez un bon moment.

Quelques photos de troupes pour la règle :

Cliquez sur l’image pour accéder au diaporama.

La bataille de Schöngraben 16 novembre 1805 : ordre de bataille par Gilles Boué

Russes : General-Major Prince Petr Ivanovich Bagration

Avant garde : General-Major Ulanius

  • 6ème Jaeger Regt : 3 bataillons (900)
  • Khazenkov Cossacks : 5 sotnias (260)
  • Sysoev Cossacks : 5 sotnias (260)

Brigade de droite : General-Major Prince Petr Ivanovich Bagration

  • Regt de grenadiers Petite Russie : 2 bataillons de Fusiliers + 1 bataillon de Grenadiers (900)
  • Regt de grenadiers Kiev : 2 bataillons de Fusiliers + 1 bataillon de Grenadiers (900)

Brigade du centre :

  • Regt de mousquetaires Narva : 1 bataillon de Grenadiers (300)
  • Regt de mousquetaires Novgorod : 1 bataillon de Grenadiers (300)
  •  Artillerie à pieds : 1 batterie à 8 pièces de 6£ et 4 licornes de 10£

Brigade de gauche : General-Major Selikov

  • Regt de mousquetaires d’Azov : 2 bataillons de mousquetaires + 1 bataillon de Grenadiers (900)
  • Regt de mousquetaires de Podolie : 2 bataillons de mousquetaires + 1 bataillon de Grenadiers (900)

Brigade de Cavalerie :

  • Chernigov Dragons #3 Regt : 5 escadrons (390)
  • Pavlograd Hussards #2 Regt : 6 escadrons (1000)

Réserve : General-Feldwachtmeister von Nostitz-Reineck

  • Hessen-Homburg Hussards #4 Regt : 6 escadrons (390)
  • 9ème Grenz Regt : 2 bataillons (300)

Français  : Maréchal Joachim Murat

3ème Division du IVème  Corps : Général de Division Legrand

1ère  Brigade : Général de Brigade Merle

  • 26ème Légère : 2 bataillons (1500)
  • Tirailleurs du Pô : 1 bataillon (600)
  • Tirailleurs Corses : 1 bataillon (600)

2ème Brigade : Général de Brigade Féry

  • 3ème de Ligne : 3 bataillons (1800)

3ème Brigade : Général de Brigade Levasseur

  • 18ème de Ligne : 2 bataillons (1500)
  • 75ème de Ligne : 2 bataillons (1500)

Artillerie divisionnaire :

  • Artillerie à pieds  : 2 batteries à 6 pièces de 6£

Général de Division Oudinot : grenadiers et carabiniers réunis

1ère Brigade : Général de Brigade Laplanche-Morthières

  • bataillon réuni : 13ème de Ligne (600)
  • bataillon réuni : 58ème de Ligne (600)
  • bataillon réuni : 9ème de Ligne (600)
  • bataillon réuni : 81ème de Ligne (600)

2ème  Brigade : Brigade: Général de Brigade Dupas

  • bataillon réuni : 2ème Légère (450)
  • bataillon réuni : 3ème Légère (450)
  • bataillon réuni : 28ème Légère (450)
  • bataillon réuni : 31ème Légère (450)

3ème Brigade : Brigade: Général de Brigade Ruffin

  • bataillon réuni : 12ème Légère (450)
  • bataillon réuni : 15ème Légère (450)

Artillerie divisionnaire :

  • Artillerie à pieds  : 1 batterie à 6 pièces de 6£
  • Artillerie à cheval : 1 batterie à 6 pièces de 4£

3ème Division du Vème Corps : Général de Division Suchet

1ère  Brigade : Général de Brigade Claparède

  • 17ème Légère : 2 bataillons (1500)

2ème Brigade : Général de Brigade Beker

  • 34ème de Ligne : 3 bataillons (1350)
  • 40ème de Ligne : 3 bataillons (1500)

3ème  Brigade : Général de Brigade Valhubert

  • 64ème de Ligne : 2 bataillons (900)
  • 88ème de Ligne : 2 bataillons (1500)

Artillerie divisionnaire :

  • Artillerie à pieds : 2 batteries à 6 pièces de 6£

La bataille de Dürnstein 11 novembre 1805 : ordre de bataille, par Gilles Boué

Le maréchal Mortier, par Édouard Dubufe

Russes : Maréchal  Michail Illarionovich Kutusov

1ère colonne : Lt. Général Michail Andreevich Miloradovich

  • Rgt Asov : 2 bataillons de mousquetaires + 1 bataillon de Grenadiers (900)
  • Rgt de grenadiers Kiev : 2 bataillons de fusiliers + 1 bataillon de Grenadiers (900 )
  • Hussards de Pavlovgrad : 2 escadrons (130)
  • Artillerie à pieds : 1 batterie à 6 pièces de 6£

2ème colonne : Lt. Général Comte Pierre Von Essen

  • Rgt de grenadiers Petite Russie : bataillons de fusiliers + 1 bataillon de Grenadiers (900)
  • Rgt Apcheron : 2 bataillons de mousquetaires + 1 bataillon de Grenadiers (900)
  • Rgt  Smolensk : 2 bataillons de mousquetaires + 1 bataillon de Grenadiers (900)
  • Dragons Chemikov : 2 escadrons (130)

3ème colonne :  Lt. General Dimitri Sergeivich Dokhturov 

  • Rgt  Butirsk : 2 bataillons de mousquetaires + 1 bataillon de Grenadiers (900)
  • Rgt  Moscou : 2 bataillons de mousquetaires + 1 bataillon de Grenadiers (900)
  • 8ème Jaeger Regt : 2 bataillons de chasseurs (600)
  • 7ème  Grenz Regt Brooder : 2 bataillons (900)
  • 9ème Grenz Regt Peterwardeiner : 2 bataillons (900)
  • Hussards Mariampol : 2 escadrons (160)

4ème colonne : Lt. General Chepelov

  • Grenadier Regt : 2 Fusilier bataillons   + Grenadier bn (900 Veteran)
  • Rgt  Novgorod : 2 bataillons de mousquetaires  +  1 bataillon de Grenadiers  (900)
  • Rgt  Narva : 2 bataillons de mousquetaires  +  1 bataillon de Grenadiers  (900)
  • Rgt  Podolie : 2 bataillons de mousquetaires  +  1 bataillon de Grenadiers  (900)
  • 7ème Kuirassiers Regt Lothringen : 3 escadrons (390)
  • 5ème Kuirassiers Regt Nassau-Ussingen : 3 escadrons (390)
  • 4ème Hussars Rgt Hesse-Cobourg : 2 escadrons (260)

5ème colonne  : General of Infantry Von Maltitz 

  • Rgt  Wiatka : 2 bataillons de mousquetaires + 1 bataillon de Grenadiers (900)
  • Rgt  Briansk : 2 bataillons de mousquetaires + 1 bataillon de Grenadiers (900)
  • Dragons Regt Tver  : 2 escadrons (260)
  • Hussards Mariampol : 2 escadrons (160)

6ème colonne : Reserve Général d’infanterie Von Rosen 

  • Rgt  Iaroslav : 2 bataillons de mousquetaires + 1 bataillon de Grenadiers (900)
  • Rgt  Galicie : 2 bataillons de mousquetaires + 1 bataillon de Grenadiers (900)
  • Rgt  Vladimir : 2 bataillons de mousquetaires + 1 bataillon de Grenadiers (900)
  • Lieb Kuirassiers Regt : 3 escadrons (260 )
  • Dragons Rgt Petersbourg: 6 escadrons (520 )
  • Cossacks : 4 sotnias (260 )
  • Cossacks : 4 sotnias (260 )
  • Artillerie : 27 Batteries de 6 pièces de 6£ (en  réserve)

 

Français : 7ème corps : Maréchal Edouard Mortier

1ère Division : Général de Division Pierre Dupont de l’Étang

1ère Brigade : Général de Brigade Marchand

  • 9ème Léger : 2 bataillons (1200)
  • 32ème de Ligne : 2 bataillons (1200)

2nd Brigade : Général de Brigade Rouyer

  • 96ème de Ligne : 2 bataillons (1200)

Artillerie divisionnaire :

  • Artillerie à pieds : 1 batterie de 6 pièces de 8£

Attaché :

  • 1er Hussards : 2 escadrons (260)

2ème Division : Général de Division Honoré-Théodore-Maximilien Gazan

1ère  Brigade : Général de Brigade Quiot

  • 4ème Léger  : 3 bataillons (1500)
  • 100ème de Ligne : 3 bataillons (2100)

2ème Brigade : Général de Brigade

  • 103ème de Ligne : 3 bataillons (2100)

Artillerie divisionnaire

  • Artillerie à pieds : 1 batterie de 6 pièces de 8£

Attaché :

  • 4ème Dragons  : 2 escadrons (260)

La bataille de Mariazell 8 novembre 1805 : ordre de bataille par Gilles Boué

Autrichiens : Feldmarschall-Leutnant Count Maximilian von Merveldt

Infanterie :

  • IR#4 Regt : 3 bataillons (1800 )
  • IR#4 Regt : Grenadier bn (450 )
  • IR#57 Regt : 3 bataillons (1800 )
  • 12ème Grenzer Regt : 3 bataillons (1200 )

Artillerie :

  • Artillerie à pieds  : 1 batterie à 6 pièces de 6£ avec IR#4
  • Artillerie à pieds  : deux Sections à 4 pièces de 6£ avec IR#5

 

Français : Général de Brigade Heudelet de Bierre

Cavalerie :

  • 12ème  Chasseurs à Cheval  : 4 escadrons (520)

Infanterie

  • 13ème Légère  : 2 bataillons (1650)
  • 108ème  de  Ligne  : 2 bataillons (1500)

Artillerie

  • Artillerie à cheval  : 1 batterie à 6 pièces de 6£

La bataille d’Amstetten 5 novembre 1805 : ordre de bataille par Gilles Boué

Russes : General-Major Prince Petr I. Bagration

Infanterie Russe :

  • Kiev Grenadier Regt : 2 bataillons de fusiliers (900)
  • Kiev Grenadier Regt : 1 bataillon de Grenadiers (450)
  • Azov  Regt : 2 bataillons de mousquetaires  (900)
  • Azov Regt :   bataillon de Grenadiers (450)
  • 6ème  Jaeger Regt : 3  bataillons (1350)

Artillerie russe :

Horse Artillery : 1 batterie à 6 pièces de 6£

Infanterie autrichienne : General-Feldwachtmeister von Nostitz-Reineck

  • 7ème Grenz Regt : 2 bataillons (900)
  • 9ème Grenz Regt : 2 bataillons  (900)

Cavalerie autrichienne : FML Friedrich Wilhelm Prince Hohenloe-Kirchberg

  • 4ème Hussards Regt : 2 escadrons (195)
  • 11ème  Hussars Regt : 3 escadrons  (260)
  • 7ème  Kuirassiers Regt : 3 escadrons  (260)

Français  : Maréchal Joachim Murat

Division de cavalerie légère : Général de Brigade Fauconnet

1ère Brigade : Général de Brigade Treillard

  • 9ème Hussards : 4 escadrons (325)
  • 10ème Hussards : 4 escadrons (325)

2ème  Brigade : Général de Brigade Fauconnet

  • 13ème Chasseurs à Cheval  : 4 escadrons (325)
  • 21ème Chasseurs à Cheval  : 4 escadrons (325)

Artillerie divisionnaire : Artillerie à cheval  : 1 batterie à 6 pièces de 8£

5ème corps : Maréchal Jean Lannes

Général de Division Oudinot : grenadiers et carabiniers réunis

1ère Brigade : Général de Brigade Laplanche-Morthières

  • bataillon réunis : 13ème de Ligne (750)
  • bataillon réunis : 58ème de Ligne (750)
  • bataillons réunis : 9ème de Ligne (750)
  • bataillons réunis : 81ème de Ligne (750)

2ème  Brigade : Brigade: Général de Brigade Dupas

  • bataillon réunis : 2ème  Légère (750)
  • bataillon réunis : 3ème Légère (750)
  • bataillon réunis : 28ème Légère (750)
  • bataillon réunis : 31ème Légère (750)

3ème Brigade: Brigade : Général de Brigade Ruffin

  • bataillon réunis : 12ème Légère (750)
  • bataillon réunis : 15ème Légère (750)

La bataille d’Elchingen 14 octobre 1805 : ordre de bataille, par Gilles Boué

Autrichiens : Feldmarschall-Leutnant Graf von Riesch

1ère   Division : Feldmarschall-Leutnant von Laudon

Avant-garde : General-Major Prince of Josias Coburg-Saaufeld

  • 6ème Hussards (260)
  • IR#8 : 3 bataillons (1500)

Brigade du centre : General-Major Genegdegh

  • IR15 : 3 bataillons (1500)
  • IR#35 : 3 bataillons (1500)
  • 8ème Kuirassiers Regt : 2 escadrons (260)
  • 2ème Uhlanen Regiment : 2 escadrons (260)

Réserve : General-Major Ulm

  • IR#54 : 2 bataillons (1200)
  • IR#57 : Grenadiers 1 bataillon (300)
  • 8ème Kuirassier Regt : 2 escadrons (260)
  • Artillerie à cheval :  1 batterie à 6 pièces de 6£

2ème  Division : Feldmarschall-Leutnant von Hessen-Homburg

Avant-garde : General-Major Mescery

  • 2ème Kuirassiers Regt : 2 escadrons (260)
  • IR#42 : 3 bataillons (1500)

Brigade du centre : General-Major Auersperg

  • IR#3 : 3 bataillons (1500 )
  • IR#24 : 3 bataillons (1500)
  • 2ème Kuirassier Regt : 2 escadrons (260)
  • Artillerie à pieds :  1 batterie à 6 pièces de 6£

Réserve : General-Major Hermann

  • IR#54 : 2 bataillons (900)
  • IR#3 : Grenadiers 1 bataillon (450 )
  • IR#24 : Grenadiers 1 bataillon (450)
  • 2ème Kuirassier Regt : 1 escadron (130)
  • Artillerie à pieds : 1 batterie à 6 pièces de 6£

Français : 6ème  Corps : Maréchal Michel Ney

1ère Division : Général de Division Pierre Dupont de l’Etang

1ère Brigade : Général de Brigade Rouyer

  • 9ème Léger: 3 bataillons (1200)

2ème Brigade : Général de Brigade Marchand

  • 32ème de Ligne : 2 bataillons (1200)
  • 96ème de Ligne : 2 bataillons (1200)

Artillerie divisionnaire :

  • Artillerie à pieds : 1 batterie à 6 pièces de 8£ et 2 obusiers

Attaché :

  • 1er Hussards : 2 escadrons (260)

2ème Division : Général de Division Loison

1ère Brigade : Général de Brigade Villate

  • 6ème Léger : 2 bataillons (1500)
  • 39ème de Ligne : 2 bataillons (1500)
  • compagnies d’élite réunies en 1 bataillon (600)

2ème Brigade : Général de Brigade Rouget

  • 69ème de Ligne : 2 bataillons (1800)
  • 76ème de Ligne : 2 bataillons (1800)

Artillerie divisionnaire :

  • Artillerie à pieds : 1 batterie à 6 pièces de 8£ et 2 obusiers

3ème Division : Général de Division Mahler

1ère Brigade : Général de Brigade Marcognet

  • 25ème Léger : 3 bataillons (1500)
  • 27ème de Ligne : 2 bataillons (1500)
  • compagnies d’élite réunies en 1 bataillon (600)

2ème  Brigade: Général de Brigade Labassée

  • 50ème de Ligne : 2 bataillons (1500)
  • 59ème Ligne : 2 bataillons (1800 Crack)

Artillerie divisionnaire :

  • Artillerie à pieds : 1 batterie à 6 pièces de 8£ et 2 obusiers

Cavalerie du corps  : Colonel de Colbert

  • 3ème Hussards : 1 escadron (130)
  • 10ème  Chasseurs à Cheval  : 1 escadron (130)

Réserve d’ Artillerie :

  • Artillerie à pieds : 1 batterie à 6 pièces de 8£ et 2 obusiers
  • 59ème de  Ligne  : 2 bataillons (1800 )

(Attaché) : Division  de dragons : Général de Brigade Laplanche

  • 18ème Dragons: 4 escadrons (390)
  • 19ème Dragons : 3 escadrons (260)
  • 25ème Dragons : 3 escadrons (260)

 

La bataille d’Haslach-Jundingen 11 octobre 1805 : ordre de bataille, par Gilles Boué

Autrichiens : Feldmarschall-Leutnant Baron Karl Leiberich Mack

Feldmarschall-Leutnant Archduke Ferdinand de Este

  • 3ème Kuirassiers Regt (390)
  • 6ème  Kuirassiers Regt (520)
  • 4ème Chevaulegers Regt (520)
  • 6ème Chevaulegers Regt (520)
  • Artillerie à cheval : 6 pièces de 6£

Feldmarschall-Leutnant Prinz Karl Philipp zu Schwarzenberg

  • IR #8 : 3 bataillons   (1800)
  • IR#11 : 2 bataillons   (1200)
  • IR#20 : 3 bataillons   (1800)
  • IR#54 : 2 bataillons   (1200)
  • IR#54 : 1 bataillon de grenadiers  (600)
  • Artillerie à pieds : deux batteries à 12 pièces de 6 £

Feldmarschall-Leutnant Count von Reisch

  • IR#15 : 3 bataillons   (1800)
  • IR#17 : 3 bataillons   (1800)
  • Artillerie à pieds : 6 pièces de 6£

Feldmarschall-Leutnant Baron Franz Werneck

  • IR#18 : 3 bataillons   (1800)
  • IR#36 : 3 bataillons   (1800)
  • Artillerie à pieds : 6 pièces de 6£

Français : Général de Division Pierre Dupont de l’Étang du corps de Ney

1ère Brigade : Général de Brigade Marchand

  • 9ème Légère Regt : 2 bns (1200)
  • 32ème Ligne Regt : 2 bns (1200)

2ème  Brigade : Général de Brigade Rouyer

  • 96ème Ligne Regt : 2 bns (1200)

Artillerie divisionnaire

  • Artillerie à pieds : une demie batterie à 4 pièces de 6£

(Attaché) Général de Brigade Sahuc

  • 15ème Dragons  (325)
  • 17ème Dragons (325)

La bataille de Gunzburg 9 octobre 1805 : ordre de bataille par Gilles Boué

Autrichiens : Feldmarschall-Leutnant D’Aspre

Cavalerie

  • 1er Kuirassier Regt (200)
  • 1er Chevaulegers Regt (200)
  • 1er Ulhanen Regt (200)

Infanterie

  • 1er Jaeger Regt : 2 coys (200)
  • IR#38 : 4 bns (1800)
  • IR#20 : 4 bns (1800)
  • IR#3 : 3 bns (1800)

Artillerie :

  • artillerie à pieds : 2 batteries à 3 pièces de 6£
  • artillerie à pieds : 3 batteries à 4 pièces de 3£

Français : Général de Division Mahler du corps du maréchal Ney

1ère Brigade: Général de Brigade Marcognet

  • 50ème de Ligne : 2 bataillons   (1200)
  • 27ème de Ligne: 2 bataillons   (1200)

2ème  Brigade: Général de Brigade Lallemand

  • 59ème de Ligne: 2 bataillons   (1200)
  • 25ème Légère : 3 bataillons   (1800)
  • Grenadiers réunis : 1 bataillon   (600)
  • Sapeurs du 27ème de  Ligne (100)

Artillerie divisionnaire

  • Artillerie à pieds : 6 pièces de 8£ et 2 obusiers

image_pdfimage_print