image_pdfimage_print

Organisation des armées Piémontaises Période 1792-1796, par « Le Morpion »

.

Infanterie

Régiments d’ordonnance nationale (avec numéro d’ordre):

· 1- Régiment des Gardes, 2 bat.
· 2- Régiment de Savoie, 2 bat.
· 3- Régiment de Montferrat, 2 bat.
· 4- Régiment de Piémont, 2 bat.
· 5- Régiment de Saluces, 2 bat.
· 6- Régiment d’Aoste, 2 bat.
· 7- Régiment de la Marine, 2 bat.
· 8- Régiment de Chablais, 2 bat.
· 9- Régiment de la Reine, 2 bat.
· 10- Régiment de Sardaigne, 2 bat.
· 11-Régiment de Lombardie, 2 bat.

Régiments d’ordonnance provinciale (avec numéro d’ordre) :

· 1- Régiment de Genevois, 2 bat.
· 2- Régiment de Maurienne, 2 bat.
· 3- Régiment d’Ivrée, 2 bat.
· 4- Régiment de Turin, 2 bat.
· 5- Régiment de Nice, 2 bat.
· 6- Régiment de Mondovi, 2 bat.
· 7- Régiment de Verceil, 2 bat.
· 8- Régiment d’Asti, 2 bat.
· 9- Régiment de Pignerol, 2 bat.
· 10- Régiment de Casal, 2 bat.
· 11- Régiment de Novare, 2 bat.
· 12- Régiment de Tortogne, 2 bat.
· 13- Régiment de Suse, 2 bat.
· 14- Régiment d’Acqui, 2 bat.

Régiments d’ordonnance étrangère (avec numéro d’ordre) :

· 1- Royal-Allemand (Lutren), 2 bat
· 2- Suisse-Valaisan (Courten), 2 bat
· 3- Suisse-Bernois (Rockmondet), 2 bat
· 4- Suisse-Grison (Christ), 2 bat

entre 1792 et 1793, création des unités suivantes :

· Régiment suisse de Schmidt, 1 bat.
· Régiment suisse de Zimmerman, 2 bat.
· Régiment suisse de Bachmann, 2 bat.
· Régiment suisse de Peyer-ein-hoff, 2 bat.

· La Légion des campements comprenant :

· Grenadiers du Roi, 2 bat.
· Pionniers, 2 bat.

· Régiment d’Oneille, constitué de la compagnie d’élite des régiments de la Marine, 2 bat.
(rem : on rencontre parfois l‘orthographe irlandaise « O’Neil » mais en fait Oneille correspond à l’orthographe francisée de Oneglia, ville piémontaise)

· Chasseurs carabiniers de Canale, 1 bat.

Formation de 9 bataillons de Grenadiers réunis à partir des compagnies des régiments d’infanterie

· 1er Bataillon : Comp. des Gardes, d’Asti, de Casale
· 2ème Bataillon : Comp. de Savoie, de Marine, de Turin
· 3ème Bataillon : Comp. de Novare, Suse, de Saluces
· 4ème Bataillon : Comp. d’Aoste, de Courten, de Mondovi
· 5ème Bataillon : Comp. de Montferrat, de Piémont, de Rockmondet,
· 6ème Bataillon : Comp. de Royal Allemand, de Chablais, de Genevois
· 7ème Bataillon : Comp. de Maurienne, d’Ivrée, de Pignerol
· 8ème Bataillon : Comp. de Nice, de la Reine, de Sardaigne
· 9ème Bataillon : Comp. de Christ, de Lombardie, d’Acqui

Formation de 2 bataillons de chasseurs réunis :

· 1er Bataillon : Comp. des Gardes, de Saluces, d’Aoste, de Courten, de la Reine, de Christ, de Sardaigne, de Lombardie
· 2ème Bataillon : Comp. de Montferrat, de Piémont, de Royal-Allemand, de la Marine, de Savoie, de Chablais.

entre 1793 et 1794, création des unités suivantes :

· Régiment suisse de Schmidt, passe à 2 bataillons

· 11ème Bataillon de Grenadiers : Comp. de Zimmerman, de Bachmann, de Peyer-ein-hoff
(où est passé le 10ème ? ? ?, peut être les grenadiers du roi ? ? ?)

· les compagnies de chasseurs des régiments provinciaux

· les Chasseurs de Bonnaud

· les Chasseurs de Piano

· les Chasseurs de Martin Montu-Beccaria

· les Chasseurs niçois de Radicati (2 bataillons)

· Corps franc de Pandini

· Compagnie de la Rocque

enfin, entre 1794 et 1795 :

· Compagnie de chasseurs du régiment d’Oneille

· Réunion de tous les corps francs en une troupe de 10 compagnies.

Milices

Centuries de milices selon les province (une centurie amène 100 hommes de troupe sauf aux endroits précisés)

Acqui, 20 centuries
Alba, 20 centuries
Alexandrie, 14 centuries
Aoste, 10 centuries
Biella, 7 centuries
Casale, 15 centuries
Possano, 4 centuries
Fenestrelles, 14 centuries à 840 hommes au total
Ivrée, 20 centuries
Loano, 9 centuries font 558 hommes
Mondovi, 40 centuries
Mortora, 12 centuries
Novare, 14 centuries
Arona, 1 centurie
Oneille, 42 centuries font 2604 hommes
Pignerol, 14 centuries
Valdesi, 25 centuries font 1500 hommes
Saluces, 20 centuries
Savigliano, 5 centuries
Suse, 10 centuries
Tortone, 29 centuries
Valenza, 4 centuries
Verceil, 12 centuries

Cavalerie

Dragons :

· Dragons du Roi, 4 esc.
· Dragons de Piémont, 4 esc.
· Dragons de Sardaigne, 4 esc.
· Dragons de la Reine, 4 esc.
· Dragons de Chablais, 4 esc.

Cavalerie :

· Chevau-légers de Sa Majesté, 4 esc.
· Royal-Piémont, 4 esc.
· Aoste Cavalerie, 4 esc.
· Savoie Cavalerie, 4 esc.

Artillerie et Génie

· 4 Bataillons d’artillerie,
· 1 Compagnie d’ouvriers et de mineurs,
· 2 Bataillons de Génie

Maison du Roi et divers

· Gardes suisses
· Gardes à pied
· Dragon de la Chasse
· Gardes du Corps (3 compagnies)

et
· Compagnie franche
puis, 1792-1793 : se divise en
· Compagnie nationale
· Compagnie française

· Compagnie d’élite des équipages de la Marine
devient en 1792-1793 le régiment d’Oneille

· Compagnie d’invalides

Le protocole d’évaluation des règles, par Thierry Rouillard

Note : Thierry a rédigé un protocole d’évaluation des règles de jeu d’Histoire napoléonien particulièrement intéressant.

Les Types de règles

Micro-Tactique : L’unité est inférieure à la compagnie (40 ou 60 h.), les ordres sont au bataillon ou au demi-bataillon.
Tactique : L’unité est la compagnie (100 ou 120 h.), les ordres sont au bataillon.
Grand-Tactique : L’unité est le bataillon, les ordres sont à la brigade.
Semi-Stratégique : L’unité est la brigade, les ordres sont à la division ou au corps.
Stratégique : L’unité est la division, les ordres sont au corps ou à l’armée.

********

Quelle règle est-ce ?

Nom de la règle, auteurs, date d’apparition.
À quel objectif ou besoin répond cette règle ? (tournoi, reconstitution, initiation)
Quelle est l’échelle de la règle ? (de micro-tactique à stratégique)
Quelle masse d’hommes et figurines est jouable aisément par un seul joueur ?
Quelle est la durée de « prise en main » ? (il va sans dire qu’une règle très tactique demande plus de temps pour être lue et comprise)
Quelle est la difficulté de la « prise en main » ?
Quel est le volume du « cœur » de la règle ? (en excluant les listes, les annexes, etc…)
Combien de tableaux sont nécessaires à la résolution des combats ?

********

Questions pratiques

La règle est-elle accessible ? (disponibilité, commercialisation et langue)
La règle nécessite t-elle du matériel particulier ? (dés différents, marqueurs)

********

Questions sur le jeu

Quel est le point de rupture ? la taille d’un élément motivant, une défaite ou une victoire ?
Quel est l’élément déterminant ? le placement, le combat ou le moral ?
La séquence de jeu est-elle cohérente ? (durée, nombre d’actions envisagées)

********

Questions historiques

L’échelle de réduction choisie est-elle respectée ?
Les résultats des combats sont-ils historiques ?
Les formations propres à la période sont-elles respectées ?

********

Questions subjectives et esthétiques

La règle permet-elle de représenter la variété des uniformes de l’époque ?
Le réalisme du décor et des figurines est-il perturbé par des éléments de jeu ?
La règle nécessite-t-elle une initiation et le recours à un référent pour l’expliquer ?

Protocole d’évaluation d’une règle (tableau)

Il vaut mieux jouer à deux avec une mauvaise règle que tout seul avec une bonne !

 

Les distinctives des jaegers russes ( 1805-1807 )

Yvan Bath a rédigé un court article particulièrement utile à ceux souhaitant représenter le plus justement possible les distinctives des chasseurs russes à Austerlitz ou Friedland.

Les pompons étaient de deux couleurs, celle du Régiment au centre et celle du Bataillon sur le pourtour :

  • Blanc pour le premier Bataillon, Jaune pour le second et Rouge pour le troisième

Chaque régiment à une couleur du centre du pompon différente et les distinctives au collets et parements diffèrent aussi à noter que les pattes de parements sont vert clair.
Ci dessous les distinctives des Régiments collet/parements et centre du pompon

  • 1° Jaune Paille Jaune Paille
  • 2° Rose Rose
  • 3° Rouge Rouge
  • 4° Gris gris
  • 5° turquoise turquoise
  • 6° Orange foncé Vert Clair
  • 7° Blanc Blanc
  • 8° Bleu moyen Bleu foncé
  • 9° Jaune Jaune
  • 10° Noir Noir
  • 11° Abricot Vert Clair
  • 12° Framboise Vert Clair
  • 13° Ocre Clair Vert Clair
  • 14° Noisette Noisette
  • 15° Gris Fer Gris fer
  • 16° Chamois Chamois
  • 17° Violet Violet
  • 18° Brun Brun
  • 19° Lilas Lilas
  • 20° Vert Foncé Blanc
  • 21° Rouge liséré Blanc Blanc
  • 22° Blanc liséré Rouge Rouge
  • 23° Orange liséré Blanc Noir
  • 24° Vert Clair liséré Bleu Clair Bleu Clair
  • 25° Jaune Paille liséré rouge Rouge
  • 26° Bleu Foncé liséré rouge Rouge
  • 27° Rouge Rouge
  • 28° Jaune Jaune
  • 29° Turquoise Turquoise
  • 30° Blanc Blanc
  • 31° Framboise Framboise
  • 32° Noir Noir

pour les 27° et 32° les collets étaient vert clair lisérés de la couleur du parement

En 1808 et après les pattes d’épaules apparaissent et sont aussi de distinctives différentes mais cela est hors sujet.

Le plumet est uniformément noir, sauf pour les sous officiers dont le haut est blanc avec une bande verticale orange, les plumets des tambours portent le même haut (environ le 1/4 supérieur du plumet) mais le plumet est rouge. Ce plumet distinctif est le même dans la ligne sauf qu’il est fin alors que le plumet de grenadiers est en « panache » .

Le centre est de la distinctive du régiment et le pourtour de la distinctive du bataillon.

Pour les shakos il y a d’abord une cocarde orange et noire maintenue par un bouton en laiton et une ganse noire et au-dessus un pompon demi sphérique de couleur blanche pour le 1° Bataillon, jaune pour le 2°, et rouge pour le 3° (ceux qui bravaient l’aigle P. Courcelle)

Pour différencier les Compagnies il y a le gland de la dragonne du sabre. Elle est toujours en laine blanche, le gland aux couleurs qui suivent :

  • les franges toujours blanches
  • le corps de la couleur distinctive du régiment
  • la tête et le coulant sont aux couleurs de la compagnie du bataillon
    • Blanc pour la 1° Cie
    • Rouge pour la 2° Cie
    • Bleu céleste pour la 3° Cie
    • Orange pour la 4° Cie

Sources :

  • Osprey Men at Arms 185 The Russian Army of the napoleonic wars 1797-1814
  • Uniformes et les armes des soldats du premier empire, F. Funcken tome 2
  • Ceux qui bravaient l’aigle éditions de la belle Alliance P. Courcelle

Notes uniformologiques sur les têtes de colonnes françaises, par Thierry Rouillard

Infanterie :

Généralités
Le plumet des voltigeurs est vert, jaune, jaune sur vert, vert sur jaune, jaune sur rouge ou rouge sur jaune. Les bandes supérieures du shako sont parfois jaunes (voltigeurs), rouges (carabiniers). Les cordes sont jaunes, vertes ou blanches pour les voltigeurs, blanches ou rouges pour les carabiniers et grenadiers. Les épaulettes des chasseurs sont vertes avec éventuellement des tournantes jaunes ou rouges pour les voltigeurs.

Coiffures spécifiques

Source
Date
Unités
Spécificités uniformologiques
F
1807
3e de ligne, grenadiers
Bonnet d’ourson, cordes rouges
F
1812
3e de ligne, voltigeurs
Plumet jaune sur bleu
F
1809
4e de ligne, voltigeurs
Plumet rouge sur vert
HF
1809
7e léger, carabiniers
Colbacks flamme rouge, plumet rouge
F
1809
7e léger, voltigeurs
Plumet jaune sur rouge, épaulettes idem
HF
1812
7e léger, voltigeurs
Colbacks flamme jaune, plumet jaune sur rouge
F
 
8e de ligne, grenadiers
Bonnet d’ourson, cordes rouges
F
1812-1813
8e de ligne, voltigeurs
Plumet bleu sur jaune
F
1809
8e léger, voltigeurs
Plumet rouge sur jaune, épaulettes jaune sur rouge
F
1809
10e léger, voltigeurs
Plumet blanc
F
1809
13e de ligne, grenadiers
Bonnet d’ourson, cordes blanches
H
1805
14e léger (Italie), carabinier
Bonnet (mirliton) à flamme rouge, plumet rouge
H
1805
14e léger (Italie), chasseur
Bonnet (mirliton) à flamme bleue, plumet vert, sommet rouge
H
1805
14e léger (Italie), voltigeur
Bonnet (mirliton) à flamme jaune, plumet vert, sommet jaune
F
 
16e léger, voltigeurs
Plumet jaune sur vert, épaulettes idem

HF
 
17e léger, voltigeurs
Colbacks flamme rouge, Plumet jaune sur vert
F
1811
17e de ligne, voltigeurs
Plumet blanc sur vert

F
1809
18e de ligne, grenadiers
Bonnet d’ourson, cordes blanches
F
1807
19e de ligne, grenadiers
Bonnet d’ourson sans plaque, cordes blanches
H
1812
25e léger, carabiniers
Colbacks flamme rouge
F
1808
27e de ligne, grenadiers
Bonnet d’ourson, cordes blanches

F
1808
27e de ligne, voltigeurs
Bandes de shakos vertes
F
 
27e léger
Colbacks flamme jaune
H
 
27e léger, voltigeurs
Colbacks flamme rouge
F
1809
27e léger, voltigeurs
Plumet jaune sur vert, épaulettes idem
F
1810
30e de ligne, grenadiers
Bonnet d’ourson sans plaque, cordes rouges
F
1809
42e de ligne, grenadiers
Bonnet d’ourson sans plaque, cordes blanches
F
1805
57e de ligne, grenadiers
Bonnet d’ourson, cordes blanches

F
1810
65e de ligne, grenadiers
Bonnet d’ourson, une grenade de cuivre, cordes rouges
F
1810-1814
65e de ligne, voltigeurs
Cordes vertes et rouges
F
1807-1808
Garde de Paris, grenadiers et voltigeurs
Bonnet d’ourson, sans plaque pour les voltigeurs

Habits spécifiques

Source
Date
Unités
Spécificités uniformologiques
F
1807
3e de ligne, tambours
Habit bleu clair, revers rouges
F
1809
4e de ligne, tambours
Habit bleu, revers verts

F
1813
8e de ligne, tambours
Habit bleu moyen, revers jaune
F
1809
9e de ligne, musiciens
Habit rouge, revers verts

F
1809
9e de ligne, tambours
Habit bleu, revers verts

B
1810-1811
10e de ligne, tambours
Habit bleu clair, culotte bleu clair
F
1805
18e de ligne, tambours
Habit bleu, revers bleu clair
F
1809
18e de ligne, tambours
Habit bleu, revers rouge
F
1809
26e de ligne, tambours
Habit bleu, revers rouges
F
1809
26e de ligne, musiciens
Habit rouge, revers bleu

F
1808
27e de ligne, tambours
Habit bleu, revers orange
B
1809
27e de ligne, tambours
Habit bleu clair, revers cramoisi, épaulettes vertes àtournante rouge, culotte bleu clair

F
1806
30e de ligne, tambours
Habit rouge, revers bleu
F
1809
42e de ligne, tambours
Habit bleu moyen, revers jaune

F
1805
57e de ligne, tambours
Habit bleu, revers jaune
F
1809
57e de ligne, tambours
Habit bleu, revers bleu clair
F
1808
63e de ligne, tambours
Habit bleu, revers rouges
F
1808
65e de ligne, tambours
Habit jaune, revers bleu

F
1810-1814
65e de ligne, tambours
Habit bleu, revers rouges, shako jaune
F
 
7e léger, tambours
Habit bleu, revers rouges
F
1809
8e léger, tambours
Habit bleu, revers verts

F
1809
10e léger, tambours
Habit bleu moyen, revers jaunes
F
1807
15e léger, tambours
Habit bleu, revers rouges
F
 
16e léger, tambours
Habit rouge, revers verts
F
 
17e léger, tambours
Habit bleu, revers rouges
F
1809
27e léger, tambours
Habit turquoise, revers marron

Chasseurs à cheval

Source
Date
Unités
Spécificités uniformologiques
H
1804
1er chasseurs
Bonnet à flamme rouge ?
H
1804-1808
3e chasseurs, officiers
Pelisse
H
1804-1807
5e chasseurs
Pelisse verte
H
1806-1812
5e chasseurs
ceinture jaune et verte
H
1806-1812
6e chasseurs
ceinture jaune et verte
H
1810
10e chasseurs
Pelisse rouge
H
1810-1812
19e chasseurs
culotte rouge
H
1810-1812
19e chasseurs
ceinture rouge et blanche
H
1807-1813
27e chasseurs
Pelisse verte
H
1804-1810
27e chasseurs, officiers
Pelisse

Source H sur les éléments empruntés aux hussards : A la hussarde dans l’armée française;, Boulin (Marcel), 1982
Source F sur les élites et têtes de colonne : Notes de Mark Allen, Catalogue Wargame Foundry, 2000
Source B : Bucquoy

Télécharger : Notes uniformologiques têtes de colonnes

Notes sur les pompons de la cavalerie française en 1812


D’après le règlement de 1812, toutes les armes de la cavalerie devaient porter le pompon distinctif de mêmes formes et dimensions que celui de l’infanterie, et les compagnies d’élite, l’aigrette écarlate particulière aux compagnies de grenadiers.

Aux autres compagnies étaient affectées les couleurs distinctives ci-après :

  • 2e comp. du 1er escadron, houpette rouge;
  • 1re comp. du 2e escadron, houpette bleu céleste;
  • 2e comp. du 2e escadron, houpette bleue et blanche;
  • 1re comp. du 3e escadron, houpette aurore;
  • 2e comp. du 3e escadron, houpette aurore et blanche;
  • 1re comp. du 4e escadron, houpette violette;
  • 2e comp. du 4e escadron, houpette violette et blanche.

La couleur blanche, distinctive des deuxièmes compagnies de chaque escadron, occupait le centre du pompon et avait un diamètre de 25 millimètres.

Les corps ne possédant pas de compagnie d’élite portaient :

  • 1re compagnie du 1er escadron, la houpette rouge.
  • 2e compagnie du 1er escadron, la houpette rouge et blanche.

Décision du 9 novembre 1810 sur la coiffure des troupes de toutes armes, et règlement de 1812.

Un étrange manuscrit de 1459

Sur l’excellent site Theatrum-belli, un article sur un étrange manuscrit de 1459 sur le combat par le maître d’armes Hans Talhoffer avait attiré mon attention, il y a quelques années.
Malheureusement cet article ne semble plus en ligne.
Cet article était cependant accompagné était accompagné d’une vidéo que voici:

Certes, le ton est un peu « sensationnaliste » mais cela n’enlève rien à l’intérêt du reportage en particulier sur certaines machines de guerre.

Kagemusha, un film d’Akiro Kurosawa

 
L’histoire : nous sommes en 1573 alors que le Japon connait de graves guerres fratricides entre les différents clans qui le composent. Parmi ceux-ci se trouve le clan des Takeda. Son chef, Takeda Shingen, projette de devenir un nouveau Shogun. Mais, à l’occasion d’un siège, il reçoit une balle qui le tuera quelques temps après. Ses généraux, sur ses recommandations, décident de cacher sa mort pendant trois ans et de le remplacer par un sosie. C’est cette histoire qui nous est présentée. Je ne vous en dit pas plus pour ne pas gâcher le plaisir.
 
 
Mon avis : Malgré quelques longueurs, je me suis laissé prendre à l’histoire et j’avoue y avoir trouvé du plaisir. Pour le figuriniste que je suis, j’ai particulièrement apprécié les scènes de batailles et les armées colorées. J’ai vraiment été impressionné par les nombreuses couleurs des Sashimonos et la beauté de certaines armures. Je pense que sur une belle table de jeu, cela peut vraiment être très impressionnant.
Un exemple de ces couleurs avec la photo ci-dessus qui est une image du camp de Oda Nobunaga, ennemi des Takeda.