image_pdfimage_print

Les principales batailles des Guerres d’Italie (1494-1549), par David Coulon

La Bataille de Pavie, tapisserie en sept pièces tissées entre 1525 et 1531 par Bernard van Orley.

BATAILLES DATES ADVERSAIRE 1 ADVERSAIRE 2 VAINQUEUR
SEMINARA 28 juin 1495 Robert Stuart duc d’Aubigny :

1.200 gendarmes, 3.000 Suisses, 4.200 arbalétriers, 2.000 piquiers et 10 pièces d’artillerie

Roi Ferrante II et Gonsalvo de Cordoba :

1.200 hommes d’armes 1.050 arbalétriers, 2.000 piquiers, 1.050 épéistes, 1.050 arquebusiers et 5 pièces d’artillerie

Les troupes françaises mettent facilement en déroute les alliés
FORNOVO 6 juillet 1495 Roi de France Charles VIII, maréchal de Gie, comte de foix :

950 gendarmes, 300 arbalétriers Gascons, 4.800 arbalétriers Français, 200 archers, 3.000 piquiers Suisses et 10 pièces d’artillerie

Marquis de Mantoue, comte de Caiazzo, Pietro Duodo :

1.850 hommes d’armes, 600 stradiotes, 1.000 archers Milanais, 2.000 lansquenets, 800 arbalétriers à cheval, 8.000 arbalétriers, 500 cavaliers légers et 10 pièces d’artillerie

Charles VII repousse les attaques des alliés Italiens qui perdent 3.300 hommes dans l’affrontement
BARLETTA Juillet 1502 Louis d’Armagnac, Duc de Nemours :

1.000 gendarmes, 3.000 piquiers Suisses, 2.300 piquiers Gascons, 1.500 archers Écossais, 2.100 arbalétriers Gascons et 15 pièces d’artillerie

Gonsalvo de Cordoba :

600 hommes d’armes, 1.000 cavaliers légers, 3.400 piquiers, 2.500 arquebusiers, 2.700 épéistes et 10 pièces d’artillerie

Les Espagnols mettent en déroutent l’armée Française
CERIGNOLA 21 avril 1503 Louis d’Armagnac, Yves d’Alegre :

600 gendarmes, 500 stradiotes, 4.000 piquiers, 5.000 arbalétriers Gascons et 20 pièces d’artillerie

Gonsalvo de Cordoba :

100 hommes d’armes, 6.000 arquebusiers, 1.000 cavaliers légers et 20 pièces d’artillerie

Victoire des Espagnols
CARIGLIANO 29 décembre 1503 Ludovic, Marquis de Saluces :

1.050 gendarmes, 500 stradiotes, 6.000 arquebusiers/piquiers, 1.000 piquiers Normands, 8.000 piquiers Suisses, 2.500 arbalétriers Gascons et 10 pièces d’artillerie

Gonsalvo de Cordoba :

500 hommes d’armes, 500 jinetes, 4.000 arquebusiers/piquiers Italiens, 1.000 stradiotes, 8.000 arquebusiers/piquiers Espagnols

Victoire des Espagnols
AGNADELLO 14 mai 1509 Le roi de France Louis XII :

900 gendarmes, 500 cavaliers Italiens et Français, 3.000 arbalétriers Gascons, 8.000 piquiers Suisses et 20 pièces d’artillerie

Comte de Pitigliano :

1.700 hommes d’armes, 3.000 stradiotes, 15.000 arquebusiers/piquiers Italiens, 2.000 soldats de la Milice italienne, 3.000 piquiers et 10 pièces d’artillerie

Victoire éclatante des Français
RAVENNE 11 avril 1512 Gaston de Foix, maréchal de la Palice, Yves d’Alègre :

1.980 gendarmes, 300 arquebusiers à cheval, 600 arbalétriers à cheval, 800 stradiotes, 6.000 arbalétriers/piquiers Italiens, 3.000 piquiers Picards, 5.000 lansquenets, 3.500 arbalétriers Gascons et 20 pièces d’artillerie

Gonsalvo de Cordoba, Fabrizio colonna :

2.250 hommes d’armes, 900 arquebusiers à cheval, 800 jinetes, 2.000 piquiers du Pape, 8.000 arquebusiers/piquiers Espagnols et 30 pièces d’artillerie

Les Français sont victorieux mais Gaston de foix est tué dans la bataille
NOVARA 6 juin 1513 La Tremouille, duc de Florence :

950 gendarmes, 1.000 stradiotes, 4.000 arbalétriers, 6.000 lansquenets et 10 pièces d’artillerie

Maximilien Sforza, duc de Milan :

200 hommes d’armes, 9.000 Suisses, 200 arbalétriers et 10 pièces d’artillerie

Victoire du duc de Milan qui met en déroute l’armée française
MARIGNAN 13 septembre 1515 Le roi de France François Ie , les ducs d’Alençon, de Guise, de Bourbon :

1.500 gendarmes, 9.000 lansquenets, 4.000 piquiers Français, 500 cavaliers légers et 30 pièces d’artillerie

Maximilien Sforza, duc de Milan :

500 hommes d’armes, 12.000 Suisses et 20 pièces d’artillerie

Victoire du jeune roi de France
LA BICOCQUE 27 avril 1522 Odet de Foix, duc d’Urbino, Arnold Winkefried, Albert von Stein :

1.000 gendarmes, 400 hommes d’armes Italiens, 8.000 Suisses, 6.000 Italiens, 6.000 arbalétriers Français, 3.000 arquebusiers Italiens, 300 arquebusiers à cheval et 30 pièces d’artillerie

Prosper Colonna, Antonio de Layva, Francesco Sforza duc de Milan, von Frundsberg :

2.000 arquebusiers/piquiers Espagnols, 800 hommes d’armes, 8.000 lansquenets, 1.000 jinetes, 2.000 arquebusiers Espagnols, 1.500 arbalétriers Milanais et 35 pièces d’artillerie

Victoire espagnole
PAVIE 24 février 1525 Le roi de France François Ie , duc d’Alençon, duc de Florange, Charles Brandon :

900 gendarmes, 4.000 Suisses, 4.500 lansquenets, 2.000 arquebusiers/piquiers Italiens, 2.000 arquebusiers/piquiers Français, 500 cavaliers légers et 50 pièces d’artillerie

Fernando d’Avalos, Alfonso d’Avalos, duc de Bourbon, von Frunsberg :

800 hommes d’armes, 6.000 piquiers, 8.000 lansquenets, 200 jinetes, 3.000 arquebusiers et 15 pièces d’artilerie

Défaite désastreuse pour les Français
CERESOLE D’ALBA Juin 1544 François d’Enghien :

900 gendarmes, 600 cavaliers légers, 6.400 piquiers, 6.600 arquebusiers et 15 pièces d’artillerie

Marquis del Vasto :

200 hommes d’armes, 12.000 piquiers, 800 cavaliers légers, 6.000 arquebusiers et 15 pièces d’artillerie

Victoire des Français

Bataille de Pavie, artiste flamand inconnu

Uniformes espagnols pendant la Guerre de Sept ans, par Gilles Boué

Une série de planches d’uniformes espagnols pendant la guerre de 7 ans créée par Gilles Boué.

(Cliquez sur une image pour les faire défiler en diaporama)
.

 

 

L’armée anglaise dans la péninsule, par Jérôme Lavis

Des doctrines de l’Armée anglaise .

C’est une Armée encore ancrée dans les théories de combat linéaire. Contrairement aux autres nations d’Europe elle n’évoluera quasiment pas au court de la période considérée.
On note cependant l’adoption du système divisionnaire en 1809, et l’adoption du système de Corps d’Armée vers 1813. En fait ces Corps d’Armée sont beaucoup plus similaires aux colonnes russes ou autrichiennes de début de période plus que des Corps français. Il faut dire qu’un système de Corps ne se justifiait pas trop avant 1813.
Ses doctrines tactiques, par contre n’évolueront pas.

Doctrines de déploiements de la ligne de bataille :

En général l’Armée anglaise déploie ses Brigades sur une seule ligne rarement sur deux. Souvent ses Divisions sont aussi déployées sur une seule ligne même si un déploiement sur deux lignes est parfois observé.

La doctrine de déploiement tactique (au sein de la Brigade) est basé sur l’ancienneté alternée. La place d’honneur (comme dans toutes les armées de l’époque) est à droite. Le Bataillon le plus ancien se place donc à droite. Le second plus ancien à gauche (pour protéger l’autre flanc de la Brigade), le troisième au centre droit etc….. (ex: 28th – 79th – 73rd – 5th). Les Brigades se déploient au sein de la Division souvent de la même manière: 2nd – 3rd – 1st
Dans la Péninsule cela veut dire que la Brigade portugaise est en général au centre d’une formation.
Dans le cas où la Division est déployée sur deux lignes, il ne semble pas exister de règle précise sur la Brigade placée en seconde ligne.

Ancienneté des Généraux :

Les Anglais ne rigolaient pas avec l’ancienneté de leurs Généraux. C’est pour cela que Wellington ne pouvait pas être en charge de la campagne de Vimiero. De la aussi le problème que Wellington avait de se débarrasser de ses Généraux incompétents. Ces Généraux étaient nommés par le Horse Guard et même si Wellington avait le soutient du Duke of York, il ne pouvait pas toujours obtenir les Généraux qu’il désirait.

Cela par contre simplifie grandement la situation du joueur.
L’ancienneté est directement liée au numéro de la Division (puis au numéro de la Brigade). Ainsi le commandant de la 1ère Division sera le commandant en second de l’Armée. Ce qui donna des sueurs froides à Wellington lorsqu’il dû laisser Spencer en charge pour quelques jours en 1811.
Ainsi en cas de décès de Généraux, le Général subordonné commandant l’entité de plus petit numéro prendra le commandement. Ainsi, si le Général en chef est incapacité (exemple Corunna), le Général de la première Division prend le commandement. Le Général de la première Brigade prend le commandement de la Division, et enfin le colonel du Régiment le plus ancien (plus petit nombre), prend le contrôle de la Brigade.

Écran de Tirailleurs :

Wellington avait un « standing order » : toutes les compagnies légères d’une Brigade devaient être regroupée avec les compagnies de rifles pour créer un Bataillon « ad hoc » léger par Brigade. Ces compagnies avaient pour mission de maintenir un écran de tirailleur au-devant de la Brigade.
En règle générale l’écran de tirailleurs anglais est plus dense que l’écran français (vues les doctrines de déploiement), mais il n’est pas réellement meilleur.
Tactiques des Combats :
Les troupes anglaises utilisent la technique suivante : 1 volée (voire 2) suivie (s) par une charge à la baïonnette. Cela est valable en attaque comme en défense. Le but est de rendre l’engagement aussi court que possible et ainsi éviter les pertes. Les duels au feu qui durent sont assez rares.
La grande innovation de Wellington en Espagne est l’utilisation de la contre-pente. Cette innovation a en fait été dictée par les circonstances car Wellington manquait toujours d’artillerie et de cavalerie, et qu’il voulait donc abriter ses troupes, tout en masquant la position de sa ligne de bataille.
C’est cette tactique qui permit aux Anglais de remporter de nombreux combats, les Français ne réussissant pas à s’adapter à la situation.

Grand Tactique :

La préoccupation principale des Généraux anglais dans la Péninsule (Wellington et Moore) est celle de conservation de l’Armée. En effet ils savent que l’Armée ne pourrait pas être remplacée. Wellington est donc un Général prudent.
Wellington n’attaqua que lorsqu’il était sur d’être en supériorité (comme tout le monde). Il préférera se replier plutôt que d’accepter un combat hasardeux. Sur le côté stratégique il commis quelques bourdes mais heureusement pour lui les Français en commirent plus.
Il est aussi un micro manager flagrant. Il doit tout superviser et ne fait pas toujours confiance à ses subordonnés (et souvent avec raison). Du fait de cette nature il fut parfois accusé de créer des plans trop compliqués (comme pour Vitoria).

Les problèmes de l’Armée britannique :

Elle manque de canons et de cavalerie. Elle a souvent des commandants de Division incapables de décisions autonomes.

La cavalerie britannique :

C’est un problème en soit. Les cavaliers sont excellemment montés mais l’organisation et le commandement laisse a désirer. L’organisation de l’Escadron manque en contrôle avant, au profit d’un contrôle arrière. Ainsi souvent, la cavalerie anglaise victorieuse s’emportera et il sera extrêmement difficile de la rattraper.
Cela est souvent combiné avec un commandement décrié par Wellington pour son incompétence. Il y avait peu de Généraux de cavalerie que Wellington appréciait (Lord Paget, Le Marchand et Cotton par exemple).
Cependant dans de nombreux combat la cavalerie anglaise sait se comporter avec brio comme à Fuentes de Onoro, à El Bodon, Salamanca etc….

Figurines peintes par Patrice Kedzia

POUR JOUER L’ARMÉE ANGLAISE :

Il faut un joueur qui aime l’infanterie et qui utilisera sa cavalerie comme force de support. Pas de grandes charges à la Française. (Même à Waterloo, la charge de la Union Brigade fut en support de l’infanterie (une fois celle-ci brisée)).
C’est une armée pour joueur prudent, méthodique et patient.
À mon avis jouer l’Armée anglaise est très difficile car c’est une armée vulnérable de part son manque de cavalerie et d’artillerie (jusqu’en 1813). L’arme principale de Wellington était de pouvoir dissimuler sa ligne de bataille ce qui est très difficile à rendre sur une table de jeu.

LES GÉNÉRAUX ANGLAIS :

Certains Généraux étaient notoirement mauvais: Erskine, Slade…. d’autre comme Robert Craufurd était notoirement une tête chaude (un peu comme Ney), mais il était adulé de sa Division. Sir J. Hope était aussi un peu une tête brûlée, même lorsqu’il commandait une Aile d’Armée il se plaçait toujours aux avant-postes (c’est comme cela qu’il fut fait prisonnier d’ailleurs).
Wellington appréciait énormément Hill, Graham, Beresford et Picton.
Pour les autres je ne sais pas, et donc je ne m’aventurerais pas à donner un avis sur eux.
Mais il est clair que tous les tempéraments étaient représentés comme pour toute Armée.

Les Azteca-Mexica de Technochtitlan, (1325-1521), par Damien Duhamel

Les neuf souverains aztèques :

Qui étaient les Aztèques ? Se définissant eux-mêmes comme une tribu Chichimeca (« peuple chien », équivalent aux barbares pour les Grecs) originaire d’une cité légendaire nommée Aztlan, ils s’appelaient en fait les Mexica (prononcer Méschica). Derniers arrivés d’une vague d’envahisseurs de langue Nahuatl, ils s’étaient établis vers 1325 sur le bord marécageux de la vallée des lacs, au centre du Mexique actuel. Ces chasseurs-cueilleurs nomades devinrent rapidement des paysans sédentaires. Par un habile système de drainage et de digues, allié à la pratique des chinampa (tchinammpa « jardins flottants »), ils réussirent à transformer leur ville, Tenochtitlan, en une île-forteresse aisément défendable. Leurs débuts modestes expliquent les constantes que l’on trouvera tout au long de leur histoire : une organisation politique de plus en plus centralisée mais respectant toujours une conception clanique du pouvoir, une société stratifiée et pyramidale où le travailleur ne se distingue pas du guerrier et la revendication d’un héritage culturel d’une civilisation disparue, celle des Toltèques. Les vingt calpulli (« communauté » correspondant au clan) avaient chacun à l’origine une direction bicéphale, avec un Tecuhtli « chef de guerre » et un Calpullec « chef civil », assistés d’un conseil des anciens (Ueuetque, ouéouétkwé). Ce dernier avait de multiples compétences : il garantissait les lois tribales, enregistrait les mariages, assurait la justice, présidait les cérémonies religieuses et élisait les chefs du clan, aux pouvoirs militaires et civils. Chaque calpulli possédait les prêtres de son dieu tutélaire, son temple, ses écoles, etc… De plus, la propriété de la terre restait collective bien que des parcelles étaient allouées aux membres du clan pour une exploitation individuelle, ceci afin d’éviter des transferts ou achats par des groupes extérieurs.

Une cinquantaine d’années suffirent à réformer l’organisation tribale pour qu’elle cadre plus efficacement avec la sédentarisation des Mexica  et l’hostilité de leurs voisins, en état de guerre permanent. D’une part ils se dotèrent d’un pouvoir centralisé, avec un premier chef suprême, l’Uey Tlatoani  (« Orateur Vénéré ») Acamapichli qui régnera jusqu’en 1396. D’autre part, il créèrent quatre districts administratifs (pas nécessairement géographiques) de cinq calpulli chacun et réorganisèrent les calpulli eux-mêmes pour leur donner une structure hiérarchique. La noblesse se trouva à la tête des calpulli dominants de chaque district, les deux membres le plus influent de chaque district se joignant au conseil du Uey Tlataoni, sous les mêmes titres de Calpullec et Tecuhtli. Par la suite, la haute noblesse proche de ce qui allait devenir un empereur ne se retrouva même plus que dans les 2 calpulli dominants du district principal (10 familles environ), avec par exemple le Ciuacoatl (« femme-serpent » siouakoatl) conseiller proche et substitut du Uey Tlatoani en temps de guerre. Autre exemple, dans les calpulli non nobles, c’est le quartier de Pochtlan qui donna son nom en 1407 à la profession de négociant itinérant des Pochteca, promise à un bel avenir.

Néanmoins, la position des aztèques restait précaire : la faiblesse de leur agriculture, leur statut de nouveaux arrivants en fit des mercenaires obligés de la cité Tépanèque d’Azcapotzalco. Le second Uey Tlatoani, Huitzilihuitl (régnant de 1396 à 1417), dut rendre de bons services puisqu’en plus de terres il obtint la main d’une des filles de Tezozomoc d’Azcapotzalco. L’avènement dans cette dernière cité du tyran Maxtla en 1427 faillit briser leur essor, car ce dernier fit assassiner le troisième orateur vénéré, Chimalpopoca (1417-1427) qui avait aidé à la conquête des Chichimeca de Texcoco. Par un heureux renversement de situation, le nouveau roi aztèque Itzcoatl (1427-1440) obtient le concours de Texcoco et d’une partie de la noblesse Tépanèque pour supprimer à son tour Mixtla en 1429. Les anciens ennemis ou oppresseurs des Mexica purent désormais être traité sur un pied d’égalité : la triple alliance Tenochtitlan, Texcoco, Tlacopan (vassale Tépanèque d’Azcapotzalco, appelée Tacuba par les Espagnols) était née. Désormais toute guerre entreprise par l’un des trois souverains entraînera un soutien logistique et en hommes des membres de l’alliance et un partage du butin et des tributs imposés à ses adversaires vaincus (2/5 pour Tenochtitlan, 2/5 pour Texcoco, 1/5 pour Tlacopan). Sous l’impulsion du Uey Tlatoani suivant, Motecuzoma Ilhuicamina Ier (1440-1469) de vastes opérations militaires sont entreprises, notamment chez les Otomis (1441-1449), les Totonaques et les Huaxtèques (1455-1457), et les Mixtèques (1458). On peut dater de son règne la véritable création d’un « empire » aztèque, encore qu’il ne faille pas y voir la soumission totale et l’assimilation de peuples de plus en plus lointains, mais l’extension d’une influence culturelle et d’un système économico-militaire prédateur sous forme de tributs en biens et en hommes. Pour tous les peuples de la Méso-Amérique, la pratique du sacrifice humain était liée à la croyance qu’il fallait régénérer la course du soleil et apaiser les dieux par le don de « l’eau précieuse », le sang humain. Sous le règne de Motecuzoma, une crise de subsistance meurtrière et sans précédent (cinq années consécutives de gel et de sécheresse de 1450 à 1454) va amener une solution inimaginable à la pénurie d’hommes à offrir en sacrifice : la faiblesse passagère des Mexica et de leurs alliés interdisant des expéditions lointaines, le Ciuacoatl Tlacaelel, frère de l’empereur, propose aux voisins immédiats des aztèques une guerre simulée destinée uniquement à faire des prisonniers. La Xochiyaoyotl (« guerre fleurie » schotchiyaoyotl) était née entre la triple alliance et les cités de Tlaxcala, Huexozingo et Cholula, qui seront désormais désignés comme « les ennemis de la maison ». Les Mexica, une fois l’abondance revenue, poursuivront tantôt de nouvelles guerres fleuries, tantôt des guerres de conquête contre eux : le ressentiment des Tlexcalteca sera d’autant plus fort qu’ils sont considérés comme un vivier humain et isolés par un blocus commercial impitoyable. Axayacatl (1469-1481) annexa Tlatelolco, jusqu’alors indépendante, qui devint le quartier commercial de Tenochtitlan. Il soumit les Mazahuas, les Matlazincas et les Otomis de la vallée de Toluca mais subit un grave revers face aux Tarasques. L’empereur suivant, Tizoc (1481-1486) fut vraisemblablement empoisonné du fait de ses revers militaires bien qu’il fit la conquête de Tuxpan et de Yanhuitlán. Ahuitzol (1486-1502) lui succéda, amenant l’empire à son extension maximale par des expéditions chez les Mixtèques, les Zapotèques, les Totonaques et les Mayas du Chiapas : 38 provinces tributaires de l’atlantique au pacifique ! Motecuzoma Xocoyotzin II (1502-1521) renforça la prédominance aztèque sur les territoires tributaires, ébauchant une politique nouvelle de colonisation. Il voulut affirmer la domination des Mexica sur la triple alliance en s’autoproclamant Cem Anahuac Uey Tlatoani (« Orateur Vénéré du Cœur du Monde Unique »), cependant Nezahualpilli le brillant souverain de Texcoco sut préserver l’autonomie de sa cité. En 1515, une campagne d’annexion des Tlaxcalteca échoua. La haine entre les deux alliances était donc à son paroxysme lorsqu’en 1519, une poignée d’espagnols menés par Hernan Cortes débarquèrent sur la côte Totonaque. Leur route vers Tenochtitlan passait par Tlaxcala, ce ne fut pas sans conséquence pour l’avenir de l’empire aztèque… En attendant un prochain Carnyx où je vous conterai en détail cette rocambolesque conquête, intéressons nous maintenant aux raisons qui ont fait des aztèques de fabuleux guerriers.

La société :

L’ensemble de la société aztèque est hautement hiérarchisé, mais la promotion sociale existe par un seul moyen : la vaillance au combat. Il est possible au plus pauvre d’accéder à la noblesse par sa bravoure. On trouve, dans l’ordre d’importance :

La noblesse, qui est divisée en trois sous groupes :

  • l’empereur et sa famille, les deux premiers calpulli du premier district, qui se partagent les plus hautes fonctions civiles et militaires, voire religieuses
  • les Tetecuhtin « chefs » (au singulier Tecuhtli) des neuf calpulli restant des deux premiers districts. Seuls les plus brillants d’entre eux obtiennent des charges administratives ou militaires d’importance, au niveau de la capitale ou provincial. Dans leur rang se trouvent aussi les prêtres supérieurs.
  • les Pipiltin « fils de seigneurs » (au singulier, Pilli), chargés des tâches administratives ou militaires subalternes ou locales. Ils forment également les prêtres de second rang. Ils ont cependant accès au conseil de l’Orateur Vénéré et participent à son élection. Ils gèrent les terres attachées à leur office, ainsi que des terres leur appartenant en propre.

La noblesse est la seule à se partager les terres conquises, ses enfants ont droit à une école supérieure le Calmecac (où on enseigne le chant, les danses rituelles, l’écriture et les tactiques militaires). La noblesse est héréditaire mais peut être enlevée faute de mérites ou de compétences. De même, un comportement exemplaire est attendu d’elle : l’ivresse, le vol ou l’adultère sont punis de mort pour les nobles. Maltraiter les citoyens inférieurs pouvait conduire un noble à la mort ou à l’esclavage. Un des privilèges de la noblesse est de porter des bijoux ou des vêtements luxueux descendant en dessous des genoux, ce qui est interdit au reste de la population.

Une classe intermédiaire, quasiment hors système, comprenant :

  • les Pochteca, commerçants itinérants menant des expéditions lointaines pour fournir des produits exotiques ou de luxe. Ils s’enrichissent énormément au fur et à mesure des conquêtes, mais ne peuvent en porter de signes extérieurs.
  • les Tolteca, organisés en corporations comme les plumassiers, les joailliers, etc… Ils sont employés directement par l’état.

La classe des citoyens libres, écrasante majorité de la population :

  • les Macehualtin (masséoualtine, au singulier Macehuali) sont les vrais héritiers de l’ancien système des calpulli, partageant des terres communes, souvent les seuls chinampa. Ce sont les agriculteurs, chasseurs, pêcheurs, carriers, etc… Leurs enfants n’ont droit qu’à une école élémentaire, le Telpochcalli (où on enseigne les bases du chant, des danses, des tactiques militaires mais pas l’écriture). Un revers de fortune peut les conduire à rejoindre la classe inférieure, se vendre en esclavage où à offrir un des leurs en sacrifice. Ils doivent à la communauté des corvées et le service militaire, ils forment l’épine dorsale des armées aztèques.
  • les Mayeque (« les bras de la terre ») sont ceux qui ne possèdent pas de terre, n’étant pas attachés à un calpulli mais serfs ou employés domestiques des nobles, généralement sur les propriétés gagnées par la conquête. Ce statut peut aussi correspondre à une déchéance civile à l’issue d’une condamnation pour ivresse, ou au surendettement. Ils sont tenus aux corvées et au service militaire, mais ce dernier ne relève pas de la conscription, il dépend du noble auquel ils sont rattachés.

La dernière classe de la population est formée des Tlacotin (au singulier, Tlacotli), les esclaves.

Ce sont des prisonniers de guerre qui n’ont pas été sacrifiés, des aztèques s’étant vendus eux-mêmes pour rembourser une dette, des gens condamnés pour des crimes mineurs (exemples : la prostitution, l’homosexualité, etc…). D’origine Mexica, ils gardent toujours la possibilité de se racheter et peuvent être affranchis s’ils ont subi des mauvais traitements de leur maître. Même un esclave étranger qui s’enfuit du marché aux esclaves et parvient à atteindre le palais de l’empereur est affranchi, toute autre personne que son maître ayant gêné sa fuite peut être condamnée à l’esclavage à sont tour ! Seuls les esclaves les plus indignes ou fainéants peuvent être achetés pour un sacrifice par les corporations n’ayant pas la possibilité de faire des prisonniers de guerre, comme les Pochteca. Encore faut-il avoir été renvoyé par trois maîtres différents… Leurs enfants ne naissent pas esclaves mais libres comme Mayeque : la conception aztèque de l’esclavage est donc radicalement différente de celui pratiqué dans toutes les autres sociétés connues. Les esclaves ne sont pas tenus au service militaire, autant pour raison de sécurité que parce que la guerre est le moteur de la promotion sociale.

La guerre :

La guerre est omniprésente dans la vie des aztèques, qu’il s’agisse de fournir à leurs temples les sacrifices dont les dieux ont besoin sans s’aliéner leur propre population ou qu’il s’agisse de gérer la surpopulation récurrente de la vallée des lacs. S’ils avaient eu une conception « occidentale » de l’économie et de la guerre, leurs conquêtes auraient permis par la colonisation et l’exploitation des vaincus de faire face aux crises de subsistance et de stabiliser leur population. Mais le système tributaire qu’ils ont préféré les obligeait à accroître sans cesse leur sphère d’influence aux dépens de peuples d’autant plus enclin à se rebeller qu’ils n’y laissaient pas de garnisons et que des expéditions lointaines gênaient leur propre agriculture en détournant leurs paysans soldats de leurs terres. L’exemple en 1495 de l’expédition d’Ahuitzol au Xoconochco en est l’illustration : pour soumettre cette contrée, l’armée Mexica doit traverser les terres des Mixtec de l’Oaxaca qui ont été soumis au tribut depuis 1458. A son retour, l’armée victorieuse mais éprouvée tombe dans une embuscade qu’elle décide de venger par le siège de la forteresse de Guiengola. Sept mois ont raison des assiégeants affamés, assoiffés et malades, souvent attaqués dans leur propres retranchements. Ahuitzol ne s’en sort qu’avec la promesse d’un mariage entre le souverain Mixtèque Cocijoeza et une de ses filles, accompagnée d’un allègement du tribut !

Ainsi, parce qu’une noblesse prédatrice a besoin de renouveler sans cesse les conquêtes pour justifier et entretenir ses privilèges,  l’homme libre aztèque ne peut échapper à la guerre. A sa naissance, le nouveau-né entend de la sage-femme un discours rituel dans lequel il lui est expliqué qu’il est né pour souffrir et se battre pour la gloire de sa cité. Son cordon ombilical est d’ailleurs enroulé autour d’un bouclier miniature qui devra être enterré par un guerrier de son quartier sur le prochain champs de bataille ! Dès le Telpochcalli (« maison d’édification de la force »), l’école élémentaire, on lui enseigne le maniement des armes et la manœuvre au son des tambours de guerre sous les bannières de plumes qui distinguent son groupe de combat de 20 hommes, son  régiment de 400 hommes ou son Xiquipilli de 8.000 hommes. L’apprentissage des armes n’est pas aisé, le propulseur de dards Atlatl demandant de longues heures de pratique avant d’obtenir puissance et précision : il permet toutefois de multiplier par 20 la force du lancer. Son instructeur, un guerrier vétéran du quartier, l’entraîne dans des courses épuisantes et le pousse dans ses derniers retranchements pour assurer la cohésion du groupe et la discipline. L’usage de l’arc, Tlauitolli, n’est pas très répandu chez les Mexica, à la différence des Tlaxcalteca, mais la fronde a beaucoup de succès. Une lance courte, appelée Tepoztopilli, est également en usage. Le jeune apprend surtout à se servir d’un maquahuitl, sorte d’épée en bois, dont les tranchants de pierre obsidienne ont été remplacés par des plumes. Bien qu’un témoignage digne de foi montre que le maquahuitl était capable de trancher une tête de cheval (au cours de la bataille d’Otumba contre les espagnols, bien sûr, car le cheval était inconnu en Amérique), c’était une arme conçue pour blesser plutôt que pour tuer : on se servait du plat de l’arme lorsqu’il s’agissait de faire des prisonniers. En ce qui concerne l’équipement défensif, un petit bouclier rond, le chimalli, est systématiquement utilisé. 

On commence sa carrière militaire vers 17 ans. Le jeune n’ayant pas encore participé à un combat porte une mèche de cheveux sur la nuque, le cuexpalchicacpol, qu’il n’aura droit de couper qu’après sa première capture. Qu’il échoue à cette tâche après plus de deux combats et il sera rayé des conscrits de son calpulli à la grande honte de ses proches. De fait, les Yaoquizque « novices » peuvent s’associer à plusieurs pour capturer leur premier ennemi, chose qui serait infamante pour un guerrier confirmé. Lorsqu’ils sont parvenus à faire un captif, les novices accèdent au rang d’ Iyac : ils ont droit de peindre leur visage en rouge et jaune et peuvent désormais porter l’Ichcahuipilli, une veste matelassée en coton ou en fibre de cactus maguey, durcie dans la saumure. Sans manche et s’arrêtant à la taille, cette « armure » légère est parfaitement adaptée au climat mexicain : blanche ou écrue, elle est portée telle quelle par la majorité des guerriers mexica de ce rang. Avec deux captifs, le guerrier accède au rang de Cuextecatl. Il porte alors par dessus son Ichcahuipilli un costume d’une seule pièce à manches longues et lié dans le dos, appelé Tlahuizli. De couleur rouge, il est accompagné d’un bonnet conique qui rappelle la victoire de Motecuzoma Ier sur les Huaxteca. A la troisième capture, il devient Otomitl et peut porter un ornement en forme de papillon dans son dos. Avec quatre prises, les guerriers sont Tequiua, c’est à dire qu’ils obtiennent une part du tribut (tequitl) qui sera exigé de l’ennemi, ils peuvent désormais orner leur bouclier du symbole de leur nom. Avec quatre prisonniers, on devient Colotic Chichimecatl « chevalier jaguar » avec un Tlahuitzli qui imite le pelage tacheté de cet animal ou Cuauh Chichimecatl « chevalier aigle » avec un Tlahuiztli recouvert de plumes brunes. Le premier ordre, celui des jaguars, est accessible à l’ensemble de la population libre : il est dédié au dieu solaire Tezcalipoca. Le second, celui des aigles semble réservé à la noblesse (controverses entre historiens) et est dédié à Huitzilopochli, le dieu principal des Mexica : il serait réservé aux combats nocturnes ou de l’aube, donc aux expéditions furtives. Au cinquième captif, le guerrier peut porter un Tlahuitzli recouvert de plumes vertes et une bannière dorsale Xopilli. Les guerriers réussissant une sixième prise ont droit à un Tlahuiztli de plumes jaunes ou rouges et un casque de coyote. Les guerriers vétérans, de plus de 22 ans, qui souhaitent rester en permanence dans l’armée se voient offrir une promotion en tant qu’officier ou rejoignent les Cuachique (singulier Cuachic), troupes de choc des Mexica. Portant un Tlahuiztli jaune distinctif, il ont une coupe de cheveux particulière à l’iroquoise (crane rasé avec un crête au sommet et quelques bandes sur le côté). Il est à noter que les captures donnant droit à un avancement doivent concerner un ennemi de rang égal ou supérieur, mais que le Uey Tlatoani peut accorder une promotion plus rapide pour un acte de bravoure exceptionnel. L’existence de l’ordre des « chevaliers flèches » pour les archers faisant preuve d’une précision remarquable est contestée, s’agissait-il d’une vraie classe de guerriers ou juste d’une distinction, avaient-ils une affectation spéciale à la garde du Tlacochocalcatl (le « préposé à la maison des dards » qui assure l’armement des armées) ? Les officiers, dont on ne connaît pas le nom des grades, portent des bannières et ornements distinctifs complexes et variés et s’aident de signaux visuels et musicaux pour diriger leurs troupes.

Les prêtres pouvaient également combattre. Leur costume évoluant aussi selon le nombre de captures ne pouvait ressembler à celui des autres guerriers puisqu’il avait une signification religieuse. Pour deux captifs, un Tlahuiztli blanc et un ornement dorsal simple. Pour trois, un Tlahuiztli vert et un pamitl, drapeau aux bandes rouges et blanches surmonté d’un panache de plumes de Quetzal vertes. Pour quatre, un cuextecatl semblable à celui des Iyac mais noir à points blancs représentant des étoiles. Pour cinq,  un Tlahuiztli rouge avec un ornement dorsal en plumes rouges de perroquet. Pour six, le Tlahuitzli rouge ou jaune et le casque de coyote.

Quels étaient les effectifs et les tactiques des armées aztèques ? Lorsqu’on sait que leur capitale, Tenochtitlan, comptait entre 200.000 et 400.000 habitants (les historiens ne s’accordent qu’à estimer que la cité est au moins cinq fois plus peuplée que les villes européennes de l’époque…) et que 38 provinces étaient tributaires représentant 25 millions d’habitants, on admettra que les effectifs pouvaient au besoin être énormes ! Une armée de 300.000 hommes, dont 100.000 Mexica, aurait ainsi participé en 1458 au siège des Mixtèques de Coixtlahuaca. Toutefois un tiers de cette masse était constituée des porteurs et des ligoteurs-égorgeurs, chargés d’achever les blessés graves et d’emmener les prisonniers à l’arrière du champ de bataille… Ce qui permet de supposer que les Mayeque, lorsqu’ils sont présents, n’ont avec les volées d’insultes puis de projectiles initiales qu’un rôle subalterne au combat. Avant la bataille, il est en effet de tradition d’insulter l’ennemi et on assiste parfois à des scènes de tortures horribles de ses civils, sensées le décourager. Sur le terrain, les guerriers sont répartis en groupes de combat et en unités dépendant de différents corps, mais jamais ils ne sont séparés de leur calpulli. Ce qui signifie que toutes les classes de guerriers sont mélangées à tous les niveaux tactiques, et que les plus expérimentés soutiennent les novices. On ne retrouve donc pas d’unités exclusivement composées de Cuextecatl, d’Otontin (pluriel d’Otomitl) ou de chevaliers jaguar ou aigles, comme l’ensemble des règles de jeu d’histoire avec figurines existantes les traitent ! Au début du combat les Cuextecatl, voire les différents Tequiua, sont souvent au premier rang pour que le choc initial soit plus fort. Après une quinzaine de minutes d’un combat harassant qui a tourné en une multitude de duels et où tous les guerriers sont intervenus indifféremment de leur rang, des troupes fraîches gardées en réserve relaient les points faibles du dispositif ou renforcent les endroits où l’ennemi cède pour emporter la victoire. Cela suppose une coordination que seule une armée de régulier peut atteindre, bien que le type de lutte, hautement individuelle, corresponde à celle menée par des irréguliers dans d’autres nations : on comprend mieux la difficulté de classer les aztèques lorsqu’une règle de jeu avec figurines autorise des affrontements non historiques… L’armée Mexica est parée à toute les éventualités, ainsi le siège de Tutupec débute à la plus grande surprise des ennemis alors qu’en une nuit les aztèques ont pu construire une flotte de radeaux pour franchir la rivière qui les avait arrêtés. A Quetzaltepec, ils creusent des galeries pour atteindre la cité après 6 jours de combats, alors que l’ennemi les croit réfugiés derrière des retranchements. La guerre de déception est également menée, avec de multiples feintes. Ainsi, en 1430, Itzcoatl souhaitant conquérir Cuitlahuac envoie une armée traverser en canoë le lagune voisine : croyant surprendre les Mexica lors de leur déploiement, les ennemis quittent la ville pour fondre sur eux. En fait ce ne sont que des enfants de moins de 12 ans, déguisés pour la circonstance, que n’atteindront pas guerriers de Cuitlahauc, surpris en désordre par l’armée régulière aztèque masquée dans le marais… Durant une bataille contre Chalco, une nouvelle fausse armée de jeunes laisse croire que l’assaut principal se fera sur leur flanc droit, lorsqu’ils se déplacent en conséquence leur flanc gauche affaibli reçoit un terrible impact qui leur sera fatal. Face aux Huaxtec en 1454, Motecuzoma Ier utilise une autre feinte : ayant dissimulé 2.000 cuachique dans des tranchées ou trous individuels et fait retraiter dans une panique simulée le centre de son armée, il entraîne dans le piège une partie des 100.000 ennemis, qui seront défaits par ce coup décisif…

En conclusion, l’armée aztèque fut d’une redoutable efficacité du fait d’une culture guerrière indissociable de sa société, de sa religion et de l’économie tributaire dont elle est le fondement. Toutefois, l’impossibilité d’envisager une guerre totale débouchant sur l’annexion de territoires, un code de l’honneur rigide rendant la capture de prisonniers primordiale et le combat une affaire individuelle, empêchèrent les Mexica d’apprécier la menace espagnole à sa juste valeur. Pas plus que les alliés de ceux-ci, d’ailleurs, que la chute de la Triple Alliance ne rendirent pas libres : sur les 25 millions d’habitants du « monde unique », il n’en restait plus que 11 millions vingt ans après du fait des combats, des maladies importées, de l’effondrement des échanges et de la brutale exploitation espagnole. En terme de jeu, l’armée aztèque souffre de l’ambiguïté du classement entre réguliers et irréguliers, de la séparation inadéquate des différentes classes de guerriers et d’une méconnaissance fondamentale du rôle mineur joué par les Mayeque : on a eu trop tendance à considérer la masse des combattants comme des levées de paysans non préparés au combat à l’image des armées occidentales contemporaines.

La bataille de Wertingen 8 octobre 1805 : ordre de bataille, par Gilles Boué

Autrichiens :  Feldmarschall-Leutnant Baron Franz Xavier Auffenberg

Cavalerie

  • 3rd Kuirassier Regiment (200)
  • 4th Chevaulegers Regiment (200)

Grenadiers réunis

  • IR#18 Grenadier bn (600)
  • IR#42 Grenadier bn (600)
  • IR#25 Grenadier bn (600)
  • IR#55 Grenadier bn (600)
  • IR#38 Grenadier bn (600)
  • IR#57 Grenadier bn (600)

Infanterie

  • IR#55 (3 bns 1800)

Artillerie

  • Artillerie à pieds (6 x 6£)
  • Artillerie à pieds (6 x 6£)
  • Artillerie à cheval (6 x 6£)

 Français : Vème  Corps : Maréchal Jean Lannes

 Division de cavalerie légère : Général de Brigade Fauconnet

1ère Brigade : Général de Brigade Treillard

  • 9ème Hussards (240)
  • 10ème Hussards (240)

2ème  Brigade : Général de Brigade Fauconnet

  • 13ème Chasseurs à Cheval (240)
  • 21ème Chasseurs à Cheval  (240)
  • Artillerie à cheval (3 x 8£)

 Division : Général de Division Oudinot 

1ère Brigade : Général de Brigade Laplanche-Morthières

  • bataillon réuni : 13ème de Ligne (600)
  • bataillon réuni : 58ème de Ligne (700)
  • bataillon réuni : 9ème de Ligne (600)
  • bataillon réuni : 81ème de  Ligne (700)

2ème  Brigade : Général de Brigade Dupas

  • bataillon réuni : 2ème  Légère (500)
  • bataillon réuni : 3ème Légère (500)
  • bataillon réuni : 28ème Légère (400)
  • bataillon réuni : 31ème Légère (400)

3ème Brigade : Général de Brigade Ruffin

  • bataillon réuni : 12ème Légère (500)
  • bataillon réuni : 15ème Légère (500)

Division de Dragons : Général de Division Beaumont

1ère Brigade : Général de Brigade Boyé

  • 5ème Dragons (240)
  • 8ème Dragons (280)

2ème  Brigade :

  • 9ème Dragons (280)
  • 12ème Dragons (280)

3ème  Brigade :

  • 16ème Dragons (240)
  • 21ème Dragons (240)

Artillerie à cheval :
3ème compagnie du 2ème Régiment à cheval : 6 x 8£ et 2 obusiers

Division de Dragons : Général de Division Klein

  • 1er Dragons (320)
  • 2ème Dragons (240)

Division de cavalerie lourde : Général de Division Nansouty 

1ère Brigade : Général de Brigade Piston

  • 1er Carabiniers (240)
  • 2ème Carabiniers (240)

2ème Brigade : Général de Brigade La Houssaye

  • 1er Cuirassiers (320)
  • 2ème Cuirassiers (320)

3ème  Brigade : Général de Brigade Saint-Germain

  • 3ème Cuirassiers (280)
  • 5ème Cuirassiers (320)

Les bases du trois couches « en zénithal », par J-B Pegourié

Jean-Baptiste, il y a quelques années avait eu la gentillesse d’effectuer ce superbe tutoriel (il faut dire que j’avais été particulièrement pénible avec lui ) qui avait été publié également sur le forum de l’art de la Guerre sous le pseudo de « duschmurtz ». Vu la qualité de son tutoriel, et comme il m’avait alors autorisé à le faire, je le publie ici également. C’est également pour moi l’occasion de rendre un hommage à Alain Touller, l’excellent sculpteur français qui nous a quitté récemment.

Il y a longtemps que j’avais promis alors c’est parti.
Je l’enrichirai au fur et à mesure de la progression.
Le but de ce tuto est de faire une présentation des techniques de base pour donner un effet très lumineux ainsi que de magnifier les reliefs.
Utiliser trois couches peut paraître long.
Ça l’est !
Surtout au début, époque des tâtonnements plus ou moins empiriques. Donc cela s’adresse à celui ou celle qui n’attend pas après son armée pour le tournoi à la fin de la semaine…
J’ai quelques Scythes Museum et Touller qui gémissent dans les sachets depuis des lustres (ce doit être l’appel du pigment), ce sera l’occasion de rappeler les techniques en suivant pas à pas leur évolution.
Commençons par la cavalerie lourde de chez Museum.
Manque de bol, une lance est cassée.

On coupe au cutter la partie au delà de la poignée. Comme cette dernière est d’un diamètre supérieur à la hampe, cela permettra de faire un trou assez grand pour y introduire un poil de balai de chantier sans qu’il n’y ait trop de différence visible entre la nouvelle partie et le reste de la lance. (ouf ! ça c’est de la phrase !).

Voilà, notre futur socle est au rendez-vous. Prêt pour la sous couche.
Les figurines sont fixée à la colle à bois sur des capsules de bouteille.
Avantage de la colle à bois: ça tient bien et c’est facile à enlever sur du plastique.
Avantage de la capsule de bouteille : on a une excellente prise en mains et le petit diamètre permet un accès facile aux zones reculées.
Pour la lance c’est très simple : on écrase une extrémité à la pince et on taille la forme au cutter.

Avant d’aborder la sous couche noire, deux trois bricoles à propos du matériel :

Les pinceaux. Deux suffiront.
Il faut impérativement de la qualité extra pour l’application des couleurs. De la martre Kolinsky en taille 0 ou 00. Ce qui compte c’est la finesse de la pointe et la souplesse/rigidité du réservoir. Oubliez les marques de figurines. Ces pinceaux ne tiennent pas dans le temps. En revanche pour les brossages à sec ils sont parfaits.
Cette méthode étant agressive, pas besoin de dépenser trop pour un pinceau qui sera vite en forme d’accessoire de wc.

La palette humide.
Ceci est une révolution (avec l’accent américain).
Pour ceux qui ne connaissent pas, il suffit d’une assiette, d’un essuie tout en éponge ou de plusieurs couches de Sopalin et d’une feuille de papier sulfurisé (rayon cuisson). On humidifie la matière éponge afin qu’elle soit bien mouillée et on pose le papier dessus. La semi capillarité du papier sulfurisé permettra une humidification constante de la peinture et prolongera donc sa durée de vie. Mais surtout le mélange gardera l’onctuosité obligatoire pour les glacis ultérieurs quand on procèdera aux éclaircissements. Pour ma part, c’est devenu absolument nécessaire.

Le mélangeur à peinture.
Si vous en avez marre de secouer le pot pendant trois heures pour avoir un truc en forme de pâte qui ressemble à de la peinture, voici un petit bricolage bien utile :

Avec un peu de corde à piano et une mini perceuse. On donne une forme à une extrémité avec une pince sans oublier que ladite forme doit rentrer dans le pot !

On met en route et le tour est joué en quelques secondes. Attention aux éclaboussures, stoppez la perceuse avant de sortir l’engin !!!
J’utilise deux pots pour l’eau, un pour l’eau propre (celle qui dilue la peinture) et un pour l’eau sale (celle qui nettoie les pinceaux).

La sous couche noire.
J’ai préféré sous coucher en noir car il y a beaucoup de parties métalliques à faire en brossage à sec. Le surlignage sera également facilité. Inconvénient: la couche de base, ou si vous préférez la première couche de couleur, devra être impeccable et bien dosée. Pas trop épaisse (reliefs et sillons parasites) et pas trop fine (noir en transparence). Un ratio de 1/1 (volume d’eau/volume de peinture) sera correct.
Pour la sous couche noire proprement dite, je préfère une application au pinceau. De la peinture noire mate bien diluée (2:1 ou 3:1). Ça permet de ne pas boucher les reliefs, on en aura besoin. Mieux vaut deux couches fines qu’une seule trop épaisse. Sinon il faut un bon apprentissage de la bombe pour ceux qui préfèrent.

L’éclairage zénithal.
Assimiler ce concept progressivement est certainement l’une des grandes satisfactions de l’amateur de belles peintures.
La couleur c’est de la lumière. Le relief, c’est de la quantité de lumière, de la clarté à certains endroits, de l’ombre à d’autres.
Nous allons donc appliquer ces principes en imaginant en permanence une source de lumière qui vient d’en haut (zénithale). Il ne faudra pas hésiter à exagérer avant de trouver les subtils équilibres entre ombre et clarté. Il va falloir dans un premier temps repérer les zones d’ombre et les endroits où la lumière « accroche ». Ensuite il faudra peindre les zones d’ombre en plus foncé et les zones d’accroche de la lumière en plus clair. nous le ferons en trois couches successives afin d’avoir un ton intermédiaire qui fera la liaison.
Pour mieux repérer ces zones, j’ai modifié les contrastes d’une photo en indiquant en rouge les points de lumière et en bleu les zones d’ombre. Il faudra retenir cela lors de l’application de la peinture.

Il y a des endroits non indiqués comme les bras ou le carquois, mais le principe est le même.
L’ordre d’application des couleurs peut varier. Certains appliquent une couche de base puis ombrent puis éclaircissent. Pour ma part, la couche de base est la plus foncée puis j’éclaircis une fois et encore une fois.
Nous allons commencer par les parties métalliques car le brossage à sec « éclabousse » partout. Nous aurons trois métaux : fer, bronze et or (c’est une nouveauté en biologie cellulaire, les métaux scythes).

Le fer.
Ce sont les peintures Games Workshop qui ont ma faveur en ce moment. Pigments fins, bonne concentration.
En couche de base : Boltgun metal.
Eclaircie 1 : Chainmail.
Eclaircie 2 : Mithril silver.

Le brossage à sec, contrairement à son nom se fait avec de la peinture diluée ! D’ailleurs, d’une manière générale on n’utilise jamais la peinture telle quelle en sortie de pot. Les propriétés de l’acrylique font qu’elle se travaille mieux liquide. C’est une erreur fréquente de travailler avec un substrat trop peu dilué et souvent la raison majeure chez ceux qui disent « rien à faire je n’y arrive pas ! »
Le ratio sera 1:1 pour le brossage à sec, 1:3 voire plus pour l’application directe.

On essuie ensuite le pinceau sur du papier absorbant.

Là encore une erreur fréquente est de ne pas assez enlever de peinture. C’est simple il ne doit rien rester sur le papier. On voit sur cette photo qu’après 5 passages il n’y a presque plus rien. C’est encore trop !

On fait ensuite bien attention à passer les va-et-vient du pinceau perpendiculairement au relief afin de ne pas déposer de pigment dans les creux.

Ensuite vient le tour du premier éclaircissement en se rappelant de la lumière zénithale. Ici, la base est appelée B et le 1er clair C1.
On devine déjà l’accentuation du relief.

Au tour du Mithril silver qui vient en couche finale. A ce niveau on peut soit faire un brossage à sec soit, ce qui est mieux, appliquer directement au pinceau sur les pointes de lumière indiquées par des flèches.
Les dégradés que l’on voit sont bien dûs à la peinture et non pas à des artefacts de photographie !

Le bronze.
Base : Tin Bliz de Games Workshop
Clair 1 : Le bronze de chez Prince August.
Clair 2 : Éventuellement de la couleur or mais il faut y aller mollo sinon miracle, le bronze se transforme en or !

Il faut vraiment y aller doucement avec l’or pour rester dans le ton.
Avec les métaux, la dernière couche doit être minimaliste, en petites touches très fines.

L’or.
Base : Tin Bliz
Clair 1 : Shining gold
Clair 2 : Burnished gold
Avec en arrière plan le joli château de Bran (gros projet futur top secret).

J’ai du anticiper un peu sur le « caparaçon à rondelles » et le peindre avant d’appliquer l’or pour éviter les bavures. J’ai choisi une dominante orangée qui ira bien avec l’or.
Base : Rouge foncé
Clair 1 : Rouge éclairci au orange
Clair 2 : Orange vif.

L’avantage d’éclaircir le rouge au orange est de le rendre plus chaud, plus vibrant. L’éclaircir au blanc le rend rose, ce qui peut être intéressant pour une ambiance « pastel ».
Les principes de lumière zénithale sont là encore maintenus.
il faut faire très attention à travailler les clairs 1 et 2 avec de la peinture très diluée, ratio 1:4 voire plus.

D’ailleurs voici l’allure que prend la palette à partir d’une seule goutte de peinture pour chaque teinte :

Voilà, il reste l’armement, la peau et les chevaux avant d’aborder la cavalerie légère et les harmonies de couleurs.

En attendant on essaie quelques combinaisons un peu osées :

Nous en étions restés à l’armement, la carnation et les chevaux. Pour la peau, on verra avec les Touller. Les visages Museum sont en effet taillés à la serpe et les mains vraiment pataudes. Pour les chevaux on verra aussi plus tard car j’en profiterai pour faire une présentation globale avec la cavalerie légère. Sinon les lances sont sur une base de marron sable (PA 876) éclaircie au sable clair (PA837). Un simple liseré en zénithal plutôt que de faire les veines du bois. D’ailleurs quand on a vu de vraies lances en musée, les hampes sont polies, on ne voit pas les reliefs.
Voici ce que ça donne :

La disposition sur le socle est pensée pour laisser en évidence le travail des caparaçons, donc sur les côtés, et masquer les imperfections à l’intérieur.

Il ne reste plus qu’à attaquer les Touller (les pauvres), et il y a du boulot !
J’aime beaucoup ce que nous fait ce fabricant bien de chez nous. Les figurines sont la plupart du temps très bien proportionnées. Alain est un sculpteur minutieux au réel talent, très proche des sources classiques (Osprey ou WRG entre autres). Les seuls défauts sont d’une part, un gros travail de préparation pour gratter les jointures de moules et autres coulées, et d’autre part, des différences de tailles globales entre piétons et cavaliers (même si le respect des proportions est conservé). Elles demeurent totalement incompatibles avec les Xyston par exemple, magnifiques elles aussi, comme l’a justement souligné Borix.

Alain à la bonne idée de présenter quelques pièces avec le tronc et les jambes séparées ce qui permet d’orienter le buste du tireur à volonté.
Voici ma préférée, l’esquive en tirant !!!

La sous couche sera grise pour la neutralité, le surlignage devra donc être fait en plus, sûrement avec des encres.
C’est l’occasion de tester une nouveauté de chez Prince August comme le rappelait Blaad.

Les cavaliers sont collés sur des cure-dents (je fais partie de ceux qui peignent les bonshommes séparément des chevaux), le produit est passé au pinceau. Les esters sont volatils, il faut aérer le local.

La première impression est excellente, le produit sèche très vite, il est très fluide mais couvrant. Attention, pas de droit à l’erreur en ce qui concerne l’ébarbage ! On notera la magnificence de ce poney des steppes :

Il va falloir aborder maintenant une partie passionnante du travail, la recherche des couleurs et des décorations.
Pour ces dernières on a heureusement des vestiges et des Osprey ! Les bandes de parements ont des points ou ondulations ainsi que des motifs géométriques. Il y a de la documentation, ça devrait aller.

En ce qui concerne la coloration, ça va être l’occasion de présenter un outil et quelques réflexions sur les harmonies de couleur.
Je ne vais pas vous présenter la théorie des couleurs, rassurez-vous ! Ça prendrait un post complet, et des gens bien plus compétents font cela beaucoup mieux sur le net ou dans les livres. En revanche, quelques principes directeurs sont les bienvenus quand on n’a pas l’intuition géniale du coloriste ou son expérience. De plus, c’est une base de réflexion et de recherche qui donne beaucoup de satisfactions lors de sa mise en pratique.

La roue des couleurs.
L’outil en question est une roue des couleurs qui se présente comme suit:

On y retrouve les couleurs primaires (rouge, bleu, jaune) avec diamétralement opposées les complémentaires (vert, orange, violet). Plus on va vers le centre, plus on a de désaturation au blanc, plus on va vers l’extérieur plus on a de désaturation au noir. Le maximum de saturation se situe donc au milieu.
A quoi ça sert ?
En fait, si l’on se réfère à la musique, une harmonie est un ensemble de sons simultanés que la subjectivité (essentiellement occidentale) juge agréables à entendre. L’exemple type est l’accord. Sol, do et mi joués simultanément donnent un accord de do majeur. Une suite d’accords joués dans un certain ordre présentent eux-mêmes une certaine harmonie, accord de do puis fa puis sol pour le blues par exemple. On a également fait le rapprochement entre harmonie musicale et structure des sons en se rendant compte que ceux-ci émettent des fréquences simultanées et que leur combinaison a des propriétés globales utiles pour définir des règles d’utilisation.
Et bien pour la couleur c’est (presque) pareil ! Et la roue en question va nous servir de solfège à peinture !
Il sera question de présence simultanée de couleurs différentes qui vont bien ensemble à partir de principes harmoniques généraux. Il est bien évident qu’il ne s’agit pas d’une règle absolue, encore moins d’obligation !
Considérez plutôt ce qui va suivre comme une source d’inspiration et surtout un prétexte à chercher, explorer.
Dans le même ordre d’idées, certaines armées imposent un choix de couleurs spécifiques. Il est alors évident que les harmonies devront plutôt s’appuyer sur des variations subtiles, en cherchant par exemple une cohérence de saturation.

Schéma de couleurs monochromes.

On utilise des variations d’intensité et de saturation sur une couleur pour donner un effet clair et élégant.

Schéma de couleurs par analogies.

On utilise des couleurs adjacentes sur la roue. Une d’entre elles est dominante, les autres l’enrichissent.
Similaire au monochrome mais avec plus de nuances.

Schéma de couleurs par complémentaires.

On utilise des couleurs opposées sur la roue. Très puissant pour jouer des contrastes.

Schéma de couleurs par complémentaires séparées.

Comme le précédant, en rajoutant des nuances adjacentes à la complémentaire. Plus de nuances.

Schéma de couleurs par triades.

La réunion de trois couleurs forme un triangle équilatéral ou isocèle. Pour ma part c’est la plus utilisée. Très équilibrée, attention aux abus !!!

Schéma de couleurs par tétrades.

Il s’agit d’une harmonie par doubles complémentaires. Difficile à équilibrer mais d’une grande richesse.

À titre d’illustration, je vous propose d’étudier d’un peu plus près quelques exemples auprès d’une référence quasi absolue en la matière : Le très grand Angus McBride. Cet homme avait un génie de la coloration et du rendu d’atmosphère. Regarder de plus près son travail est très instructif.

Il met en évidence la coiffe par une triade qui composée de couleurs désaturées dans le sombre. Efficacité absolue. Une grande complexité des jaunes.

Atmosphère par désaturation au noir. Encore une triade remarquable d’équilibre.

Beaucoup de luminosité. Les rouges sont désaturés au blanc ce qui montre bien que désaturation ne signifie pas absence de lumière. Le blanc est présent ailleurs (dans les bleus et verts) ce qui équilibre l’ensemble.

La petite bande bleue fait contraster les jaunes, eux mêmes harmonisés avec les violets-rouges. De la grande classe. Une puissance incroyable dans une grande sobriété.

Un grand classique bleu-jaune-violet. Le bleu est celui du métal. On peut en mettre dans nos métaux à nous mais attention au dosage…

Bon et bien il ne nous reste plus qu’à s’y mettre… On sera loin de ce très grand monsieur mais son legs nous accompagnera !
Je fais des essais avec la peau. C’est un domaine très difficile ! Surtout après une longue période d’a-peinture…

Quelque chose qui fonctionne pas trop mal :
Une base marron orange (PA 981)

éclaircie au chair claire (PA 928)

avec une dernière touche au chair claire pur sur les deltoïdes, pectoraux, pointe du nez et pommettes :

Il faudra sûrement surligner ensuite avec un wash du genre encre chair ou acajou. L’encrage acajou s’est en effet révélé utile. En plus de surligner les jonctions peau-vêtement cela a permis de fondre les teintes.

Si l’on compte la couche de base + les deux éclaircies + le lavis ça fait quatre applications ce qui fait beaucoup.
On doit pouvoir en rester à la base + lavis + éclaircie en dosant bien cette dernière.
Voici les teintes que j’ai utilisées pour chercher:

De gauche à droite :
Marron orange (PA 981), Chair claire (PA 928), Acajou transparent (PA 828), Tallarn Flesh (GW fondation), Chair de base (PA815), Encre chair (PA Games G93).

L’allure de la palette :

Et du laboratoire :

Vous voyez qu’il y a du tâtonnement et pas de recette miracle.

On passe à la pilosité…
Les Scythes sont décrits comme « blonds » par Hérodote, ce qui correspond assez au type indo-iranien-aryen. On va donc en faire quelques uns.
L’idée est de partir sur une base marron-orange et d’éclaircir légèrement par brossage en beige. Les contrastes forts orange-jaune purs manquent de réalisme et donnent un effet artificiel.
On peut varier en ajoutant du marron-rouge à la base.

En gros plan les éclaircies paraissent grossières et exagérées. C’est voulu. Plus la figurine est petite, plus les surfaces de réverbération ou de réflexion le sont. Il faut donc magnifier l’effet.

Pour les cheveux noirs, la base est en marron foncé avec une pointe de noir, l’éclaircie est un mélange de gris et de beige. On peut également comme ici, bleuter les reflets avec un peu de gris-bleu.

Éclaircir au blanc pur vieillit considérablement le personnage…

Pour la densité de la peinture et les proportions eau/peinture: J’ai essayé de compter les gouttes. Ça ne marche pas (pas avec moi en tout cas). Cela dépend trop des différences de peintures, des marques, couleurs etc. En gros je teste sur la palette humide: crème-yaourt liquide pour la base, sirop-chocolat chaud pour les glacis voire un peu plus liquide. Globalement un pour un ou 2 unités d’eau/une unité de peinture pour la base. De deux à quatre fois plus pour les glacis.

On va pouvoir aborder la mise en couleurs.
J’ai suivi pour l’essentiel ce qu’on trouve dans les publications Osprey et Montvert, sachant que quelques sources comme les instituts historiques Iraniens ou Russes mentionnent l’utilisation de la couleur rouge et les parements d’or pour les nobles ou les castes guerrières. Comme tout le monde allait au combat (jeunes et femmes inclus) ça donne de la marge.
Nous avons donc les teintes suivantes:
Tunique : Rouge, marron, jaune/ocre, bleue, verte, violacée.
Pantalon : idem
Bonnet : essentiellement des cuirs/peaux teintés (jaune, rouge, variations de bruns).

J’ai choisi de jouer sur les contrastes par complémentaires (couleurs diamétralement opposées sur la roue de couleurs), et de privilégier les mêmes saturations par figurine (vivacité de la teinte). Les distinctions tuniques pantalon sont ainsi bien définies et l’harmonisation d’ensemble se fera avec les éclaircissements.
Il y a encore pas mal de tâtonnements mais le rendu global est assez intéressant.

Pour les bleus:

Nous avons un bleu moyen, un autre assez saturé (vif) et un autre désaturé au noir/gris (sombre).

Les oranges et jaunes le sont dans les mêmes proportions. autrement-dit, vif avec vif, sombre avec sombre.
Par sombre, j’entends l’éclat et non pas la teinte foncée ou claire.

Un soin particulier est apporté à l’application de la couche de base, elle sera en effet le support des glacis ultérieurs et doit donc être uniforme. La consistance est crémeuse sans être trop liquide, comme un velouté pas un bouillon !

Idem pour les rouges et verts:

On notera la nouvelle arme en cas d’arc brisé: le lance-pierres de combat…
L’idée générale est la même que pour les autres couleurs en ce qui concerne les choix d’harmonisation (contrastes et saturations).

Un essai monochrome :

Avec les violets:

L’idée est d’avoir de la variété à l’intérieur d’un même schéma de couleurs.

Ici on a un bel exemple de la manière de faire ressortir une teinte (les cheveux) par l’utilisation de la complémentaire (jaune-violet). On remarquera que l’opposition sombre-clair n’est pas forcément plus spectaculaire.

Une fois que toutes les couches de bases sont faites, on peut se donner une idée d’ensemble et chercher les distorsions trop massives ou réfléchir à la manière d’éclairer pour donner une unité.

Ensuite viennent les éclaircies. La peinture doit être aqueuse, vraiment liquide. On essuie le pinceau pour enlever l’excès et éviter que la couche glisse dans les creux. C’est l’étape clé qui détermine la qualité générale.
On n’a pas le choix, il faut s’entrainer sans arrêt pour trouver les bons dosages eau/peinture.
Les figurines de gauche sont éclaircies en rajoutant du bleu clair dans la base, celle de droite avec du blanc cassé. J’utilise très rarement les noirs et blancs purs.

Les rouges peuvent être éclaircis au jaune ou au blanc-jaune pâle. Le résultat est soit de la chaleur orangée, soit une « pastellisation » au rose.

Le jaune est éclairci au jaune clair, avec une toute petite pointe de vert, imperceptible mais efficace.

Les motifs du « lance-pierres » ne conviennent pas, ils seront repris.

Un rouge chaud (à droite) et un autre froid (à gauche) avec des rappels de couleurs de part et d’autres.
L’intérêt est limité j’en conviens mais on a bien le droit de s’amuser un peu non ?

Du violet clair ou du jaune très pâle dans le violet de base conviennent très bien.

Les marrons et ocres sont traités au blanc cassé avec toujours un tout petit peu de jaune ou de rouge pour ne pas les faire verdir.

Voilà ce que donne l’éclairage zénithal. Si on incline une figurine pour voir dessous, il n’y a rien d’autre que la couche de base.

L’allure de la palette. Les couleurs d’éclaircies sont à droite.
Toujours le même principe :
– Couleur de base.
– C1 : Base + un peu de très clair.
– C2 : C1 + un peu plus du même très clair.

Le rendu global n’est pas trop mauvais. Des nuances sans le cirque Barnum.

Et les voilà prêtes pour l’étape finale :
La déco !
C’est bientôt noël, ça tombe bien.

On s’occupera des chevaux ensuite. Gros gros boulot en perspective…

LES CHEVAUX

Les couleurs de base pour un bai marron doré :

Un premier passage. Le noir est en fait du marron foncé avec une pointe de noir. Les chevaux bais ont les bas de jambes noirs.

On rajoute du jaune pour le clair 1 dans les deux couleurs, celle du pelage et celle des crins.

Un peu de jaune dans C1 pour avoir C2.

On termine vite fait les brides et la couverture. Un léger surlignage est fait à l’encre marron.

Les chevaux bais.
Les couleurs de robe vont de marron foncé à doré en passant par des marrons rougeâtres. Bref, toutes les gammes de marron sont utilisables.
Ce qu’on retiendra :
Les poils (crinière + queue) sont toujours noirs ou marron très foncé.
Les bas de jambes sont noirs.
Les balzanes et marques en tête sont possibles et fréquentes.
s’il y a des marques blanches, la peau à proximité est rose et les yeux clairs, sinon la peau et les yeux sont foncés.
Sous les balzanes les sabots sont clairs.

Voici la palette d’essai :

La base est appliquée comme d’habitude, assez diluée. On peut déborder de toutes façons on repassera la sellerie et le harnachement plus tard.
Les couleurs sont claires et manquent de brun pur, on fera une autre série.
Le noir pur est là encore peu utilisé tel quel. Comme le blanc ce sont des teintes extrêmes utilisées pour les assombrissements ou éclaircissements ultimes.

Le premier éclaircissement sert à sculpter les muscles, un peu d’ocre ou de marron sable éclaircit les crinières et queues.

Le deuxième éclaircissement se fait par pointes fines sur les hauts de bosses.
Un peu d’ivoire pour le C2 sur les poils.
Les 1er, 3e et, 4e rendent vraiment bien. Les autres sont un peu jaunes.

On rajoute les balzanes et les marques en tête. Le l’ocre puis de l’ivoire pour éclairer suffisent.
Le rose est un PA 944 (vieux rose) éclairci ensuite.

On commence à avoir une belle gamme.
La sellerie et les lanières sont choisies pour leur contraste bien sur.

Restent les alezans, noirs, gris et blancs. Il y a les « palominos », et « dun » également ainsi que quelques orangés de type « przewalski », on verra plus tard

Les chevaux alezans.
Pour le pelage on a le choix, des bruns, roux, jusqu’au crème.
Les crins ne sont jamais plus foncés mais peuvent être plus clairs.
Balzanes et marques en tête fréquentes.
La peau est foncée sauf près des taches blanches où la dépigmentation peut être rosée.
Les bas des jambes peuvent être plus clairs également que la robe de base.
Quelques exemples :

Voilà, encore un blanc et un noir et on dira que ça va.

On arrive à la fin…
Quelques noirs, un chaud et un froid :

Des essais de blanc. On peut faire mieux mais avec la sellerie terminée ça devrait bien rendre :

Voilà, je termine le harnachement, un exemple de soclage, et hop fin du tuto !

Base = La couleur de base, la première, le rond du dessus.
C1 = la première éclaircie donc la deuxième couche, donc le rond du milieu.
C2 = La deuxième éclaircie. Donc le 3e rond celui du dessous.
Je fais souvent C1 en prenant la couleur de base puis en lui rajoutant du clair. Idem pour C2 à partir de C1.

J’ai cité ceux qui passent une base, puis qui assombrissent et qui éclaircissent ensuite. Pour ma part c’est (presque) toujours base, puis C1 puis C2.

Sinon pour finir, et bien on va socler !
Les voilà qui attendent :

Voici les teintes et de la roche liquide de chez Prince August. A noter que Pébéo en fait aussi (texture au mica) pour bien moins cher… (Vu chez Cultura).

Pour les hautes herbes voici un petit truc. On prend de la filasse ou des herbes de chez les modélistes. On tortille un peu pour amincir le brin. On colle à la cyano au milieu.
On coupe et y’a plus qu’à planter !

La roche liquide est appliquée au pinceau. C’est de l’acrylique on peut donc nettoyer les sabots au pinceau mouillé si on a trop débordé.
On plante les herbes dans le frais.
On attend que ça sèche complètement.

Ensuite, on passe le marron sable en lavis. Ça ne sert à rien ce coup ci d’appliquer une couche trop couvrante. On veut du dépôt dans les creux et de toutes manières on brossera à sec dessus.

Un brossage à sec de marron liège.

Puis de sable clair.

Ensuite vient l’herbe.
Attention à ne pas oublier d’en mettre sous les chevaux et de ne pas mettre les cailloux devant leurs sabots ! Le visuel s’en moque parfois, l’inconscient jamais !

Tout cela est affaire de goût. J’aime bien les socles clairs pas trop chargés.

Voilà la bande :

Dernière chose, une excellente référence :

César aux portes de Québec, une variante DBA pour la guerre de sept ans par ?

J’ai retrouvé cet article dans mes archives mais je n’avais aucune mention de l’auteur. Si celui peut se signaler ou si vous le connaissez, n’hésitez pas à me l’indiquer.

INTRODUCTION

Une des raisons possibles du bon  fonctionnement des règles élégamment simples de DBA est leur grand nombre de types de troupes différents, chacun avec ses forces et ses faiblesses.

Les théâtres d’opérations d’outremer de la guerre de sept ans avaient la même variété de types de troupes. De plus, les styles de combat de certains types de troupes du XVIIIéme siècle semblent avoir des équivalents antiques directs. Par exemple, les facteurs des légionnaires romains subissant une charge celte apparaissent très semblables à ceux des réguliers britanniques chargés par des Highlanders quelques 2000 années plus tard.

Les amendements qui suivent essayent de prendre en compte l’importance de l’usure pendant l’ère de la poudre à canon. Ils fonctionnent sur les présupposés suivants:

  1. Le premier round de corps-à-corps comprend aussi le tir à courte portée de l’artillerie et des fusils.
  2. La puissance des réguliers contre d’autres réguliers et d’autres types de troupes dépendait de leur capacité à délivrer des volées à courte portée ou de l’arme blanche.

Comme cette capacité dépendait tellement de la qualité de la troupe, il y a des réguliers de grande, de moyenne et de faible qualité.

TYPES DE TROUPES

Les types de troupes ci-dessous utilisent les facteurs de mouvement, de combat et de situation tactique donnés à leurs équivalents antiques dans DBA ( ou dans le cas d’un type de troupe , les facteurs des “Hordes”).

J’ai aussi inclus des types de troupes du théâtre européen pour être exhaustif et comme point de départ pour ceux qui souhaiteraient développer cette période.

Réguliers – Infanterie en ordre serré; le gros des réguliers entraînés. Peut-être des troupes de qualité supérieure, par exemple des grenadiers ou les régiments britanniques aux Indes ou de qualité inférieure comme les bataillons de cipayes des princes indiens ou des recrues régulières européennes = Lames (Bd)

Infanterie légère – Milice canadienne, compagnies franches de la Marine, Highlanders gouvernementaux, milice provinciale (américaine) = Auxilia (Ax)

Tirailleurs – Amérindiens, coureurs de bois, rangers, infanterie légère britannique, Jägers, Grenzers, Jezzailchis mercenaires = Psiloi (Ps)

Guerriers – Highlanders rebelles de 1745-1746, Ghazis = Guerriers (Wb)

Colons – Civils armés qui ne sont pas organisés en unités de milice = Domestiques de camp (CF)

Levée – Bandes d’infanterie des princes indiens = Horde (Hd)

Cavalerie lourde – Cuirassiers, dragons lourds = Chevaliers (Kn)

Cavalerie – Dragons légers, hussards, cavalerie indienne en ordre lâche = Cavalerie (Cv)

Cavaliers légers – cavalerie indienne d’escarmouche, Cosaques; Facteurs de combat +2 contre les troupes à pied, +1 contre les troupes montées = Cavalerie légère (LH)

Éléphants :avec capacité de tir des troupes à pied s’ils ont des canons montés dans des nacelles = Éléphants (El)

Artillerie

  1. Artillerie lourde:pièces de siège et pièces lourdes indiennes. Portée maximale 1200p, portée longue 700p.
  2. Artillerie de campagne:pièces de campagne européennes. Portée maximale 800p, portée longue 500p. peut tirer pendant son propre bond et celui de l’adversaire, mais elle doit atteler pour se déplacer et elle ne peut pas tirer quand elle est attelée. Peut exécuter 2 des actions suivantes dans son propore bond:atteler, se déplacer, dételer, tirer.
  3. Roquettes indiennes:facteurs de combat +2 contre les troupes à pied, +3 contre les troupes montées. Portée 600p ( pas de longue portée). Se déplacent comme les Chameaux, peuvent tirer comme II) ci-dessus = artillerie (Art)

TIR DES TROUPES A PIED

Les troupes à pied, à l’exception des Guerriers et de la Levée, peuvent initier le combat à 200p, facteur de combat pour tous = +2.

COMBAT

Les Tirailleurs ne peuvent pas soutenir les Réguliers de l’arrière.

Un élément de Réguliers peut soutenir des Réguliers (+1) par derrière en combat rapproché, sauf pour l’attaque d’ouvrages de campagne.

Un élément directement derrière la cible d’une pièce d’Artillerie doit aussi lancer le dé comme cible sauf s’il s’agit de Tirailleurs.

Un élément à pied à distance de tir peut échanger des tirs avec de l’Artillerie ( facteur de combat +2) ou peut subir le tir et utiliser son facteur de combat rapproché, auquel cas l’Artillerie ignore tous les effets contraires.

FACTEURS DE COMBAT SUPPLÉMENTAIRES

Par résultat de recul ou de fuite subi par l’élément – 1
Ayant contacté de l’Artillerie de campagne cette période – 1
L’élément est la cible de l’Artillerie à longue portée + 2
Élément à pied ou Artillerie défendant des ouvrages de campagne, sauf sous le feu de l’Artillerie lourde + 2
Amérindiens en terrain difficile + 1
Amérindiens à découvert ou attaquant des ouvrages de campagne –  1
Réguliers de grande qualité (S) en combat rapproché + 1
Réguliers de faible qualité (I) en combat rapproché – 1
Cuirassiers en combat rapproché contre une autre Cavalerie lourde + 1

RÉSULTATS DES COMBATS

Les troupes qui ont fui ou qui ont reculé comptent -1 à tous les jets de dé suivants pour chacun de ces résultats. Les éléments accumulant 5 ( ou 3 pour une partie plus rapide) modificateurs sont détruits.

Les troupes sous le feu de troupes à pied et obtenant un score inférieur à celui de leurs adversaires reculent, même si leur score est inférieur à la moitié du score adverse.

L’Artillerie qui recule doit atteler pour ce faire et ne peut pas tirer jusqu’à ce qu’elle soit dételée.

Les Colons qui fuient sont capturés par des Européens, détruits par des Amérindiens.

Les Tirailleurs non-européens et la Levée fuient s’ils obtiennent un score inférieur à l’artillerie.

Les troupes combattant pour franchir des ouvrages de campagne dont l’adversaire recule, fuit ou est détruit peuvent poursuivre dans les défenses.

OPTIONS

Les utilisateurs de carabines rayées américaines ou de jezzails peuvent engager le combat à 300p.

L’idée que les généraux du XVIIIème siècle puissent conduire une garde du corps personnelle dans la mêlée ne convient réellement pas à la période. Permettre aux Généraux de se déplacer d’un élément à l’autre, en utilisant le mouvement de la Cavalerie légère et en comptant comme une cible:Cavalerie légère pour le tir. Si l’ennemi le contacte alors qu’il n’est pas avec un élément ami ou quand il est avec un élément qui est détruit, le Général est perdu.

Pour de grosses batailles, ignorer le premier facteur tactique supplémentaire  ci-dessus.

A la place, compter chaque retraite ou chaque fuite d’un élément dans un corps comme 2 points de fatigue (fp) et chaque élément détruit comme 4 fp.

En combat, tous les éléments du corps subissent un malus égal au total des fp accumulés divisé par le nombre d’éléments restant, arrondi à l’entier inférieur.

SUGGESTIONS DE LISTES D’ARMÉES

Britanniques aux Indes

  • 2 Réguliers britanniques (grande qualité)
  • 6 réguliers cipayes
  • 2 Cavalerie indigène (Cavalerie)
  • 2 Artillerie de campagne

Mysore

  • 1 Éléphant
  • 3 Silhadars (Cavalerie)
  • 3 Risalas (Réguliers inférieurs)
  • 2 Levée
  • 1 Artillerie lourde
  • 1 Roquettes
  • 1 Artillerie lourde / Réguliers français / Cavalerie française / Ghazis

Britanniques au Canada

  • 5 Réguliers
  • 1 Highlanders gouvernementaux          
  • 1 Milice provinciale
  • 1 Rangers
  • 1 Infanterie légère  
  • 1 Amérindiens
  • 2 Artillerie de campagne

Français au Canada

  • 4 Réguliers
  • 1 Compagnies franches de la Marine
  • 2 Milice canadienne
  • 1 Coureurs des bois
  • 3 Amérindiens
  • 1 Artillerie de campagne

Bataille au cours du siège de Cuddalore (1783). Dessin de Richard Simkin (1890)

Les principales batailles de la période Sengoku, par David Coulon et Fred Devaux

Batailles Dates Adversaire 1 Adversaire 2 Vainqueur
OKEHAZAMA 22 Juin 1560 Imagawa Yoshimoto

25.000 hommes

Oda Nobunaga

3.000 hommes

Oda Nobunaga
4e KAWANAKAJIMA 10 Septembre 1561 Uesugi Kenshin

15.000 hommes

Takeda Shingen

20.000 hommes

Takeda Shingen
CHATEAU TODA 17 Avril 1565 Le clan Amako12.000 hommes Le clan Mori

26.000 hommes

Match Nul
ANEGAWA 22 Juillet 1570 Asakura Yoshikage

18.000 hommes

Oda Nobunaga et Tokugawa Ieyasu

23.000 hommes

Oda Nobunaga
MIKATA-GA-HARA 22 Décembre 1572 Takeda Shingen

27.000 hommes

Tokugawa Ieyasu

11.000 hommes

Takeda Shingen
NAGASHINO 29 Juin 1575 Katsuyori

15.000 hommes

Oda Nobunaga

32.000 hommes

Oda Nobunaga
MIMIGAWA 11 Novembre 1578 Otomo Sorin

50.000 hommes

Shimazu Yoshihisa

3.000 hommes

Shimazu Yoshihisa
YAMAZAKI 13 Juin 1582 Hideyoshi

32.000 hommes

Akechi

16.000 hommes

Hideyoshi
SHIZUGATAKE 20-21 Avril 1583 Hideyoshi

10.000 hommes

Shibata Hideyoshi
NAGAKUTE 17 mai 1584 Tokugawa Ieyasu

10.000 hommes

Ikeda9.000 hommes Tokugawa Ieyasu
PONT D’HITODORI 17 Novembre 1585 Date Masamune

7.000 hommes

Hatakeyama et alliés

30.000 hommes

Date Masamune
SURIAGEHARA 5 Juin 1589 Date Masamune

23.000 hommes

Ashina

16.000 hommes

Date Masamune
CH’UNGJU 27 Avril 1592 Konishi

15.500 hommes

Shin-Nip (Corée)

16.000

Konishi
SEKIGAHARA 21 Octobre 1600 Tokugawa Ieyasu

75.000 hommes

Ishida Mitsunari60.000 hommes Tokugawa Ieyasu
DOMYOJI 6 Mai 1615 Goto Mototsugu

2.800 hommes

Date Masamune

23.000 hommes

Date Masamune
TENNOJI 7 Mai 1615 Tokugawa Ieyasu

155.000 hommes

Hideyori

74.000 hommes

Tokugawa Ieyasu